Présidentielle en RDC : En attendant les résultats, l'Union africaine s'inquiète

Dioncounda Traoré, représentant de la mission d'observation des élections de l'Union africaine en RDC
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 03 janvier 2019 à 14:28 | mis à jour le 03 janvier 2019 à 14:30

Les élections générales en RDC se sont tenues, le 30 décembre 2018, dans une atmosphère plus ou moins tendue. L'Union africaine exige donc que les résultats de ces scrutins soient conformes à la réalité exprimée dans les urnes.

Elections congolaises, l'union africaine veille au grain

L'attente des résultats de l'élection présidentielle devient de plus en plus longue en République démocratique du Congo (RDC). Cette situation est davantage exacerbée par la coupure d'Internet et de RFI. Aussi, l'ancien président malien, Dioncounda Traoré, chef de la mission d’observation de l’Union africaine (UA), reste très vigilant pour empêcher toute crise postélectorale dans le pays. Voilà pourquoi il exhorte la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à ce que « les résultats qui seront proclamés soient conformes au vote du peuple congolais ».

Le Président Dioncounda Traoré a en effet fait le constat selon lequel les élections « se sont globalement déroulées dans un climat apaisé et serein, malgré les ingérences et tous les défis organisationnels, politiques et sécuritaires ». Cependant, l'attitude des candidats à la présidentielle ne rassure pas sur l'apaisement tant souhaité par la communauté internationale. Martin Fayulu, candidat d'une coalition de l'opposition indique d'ores et déjà qu'il est « largement en tête ». Quant à Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la majorité présidentielle, et dauphin du président sortant Joseph Kabila, il se dit très « serein ».

Dans l'optique de faire observer un code de bonne conduite aux candidats, l'Observateur de l'UA a convoqué les principaux à son Quartier général à l’hôtel Kempinski. Martin Fayulu, Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi, candidats de l'opposition, ont répondu présents. Emmanuel Ramazani Shadary, du camp présidentiel, s’est fait représenter par Célestin Tunda ya Kasende. Corneille Nangaa, président de la CENI, était également à cette réunion.

Au cour de cette réunion, il leur a clairement déclaré : « L’Afrique a le regard braqué sur vous. Faites en sorte que nous ne soyons pas déçus. »

Les premiers résultats de ces élections présidentielle, législatives nationales, provinciales et locales sont donc attendus avant le 6 janvier 2019. Mais cette date pourrait être quelque peu rallongée en raison de l'atmosphère qui prévaut à Kinshasa



Les commentaires
Prochainement disponible...