Cameroun: "c’est une honte (de) nommer les dirigeants d’un parti" (Pierre Baleguel)

Pierre Baleguel

Le secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (UPC, parti nationaliste), Dr Pierre Baleguel, a estimé vendredi à Yaoundé, que c’était "une honte" pour le gouvernement de nommer les dirigeants d’un parti, lors d’une cérémonie de présentation de vœux à la presse.

Pierre Baleguel dénonce des nominations par groupement politique

"C’est une honte pour le Cameroun qu’on vienne à l’intérieur des partis politiques nommer des dirigeants", a dit Dr le secrétaire général de l’une des factions de l’UPC, face à la presse.

Le 18 juillet 2018, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, a désigné des responsables à la tête de trois partis de l’opposition, évoquant les conflits de leadership auxquels ils sont confrontés.

A l’UPC, Robert Bapooh Lipot a été reconnu comme secrétaire général légal, Anicet Ekane président du Comité de direction du Manidem et Tita Samuel Fon, président du Cameroon people’s party (CPP).

Baleguel Nkot qui dénonce "une violation flagrante de la loi", dit avoir mené des actions restées sans suite à ce jour.

A partir du "1er février, nous allons déposer des pétitions dans les chefs lieux de régions, à la primature et après on va réfléchir, parce qu’on ne peut pas rester comme cela, c’est une affaire qui humilie les militants", a-t-il soutenu.

Depuis plusieurs mois, le plus vieux parti du Cameroun est confronté à une crise interne. Le député Bapoh Lipot et Baleguel Nkot, réclament chacun le titre de secrétaire général du parti.

Le 28 août 2018, la présidente de l’UPC, a été suspendue de "toutes activités" au sein due la formation, pour avoir appelé à voter pour l’ex-bâtonnier camerounais Maitre Akere Muna, lors de la présidentielle, après le rejet de sa candidature.

"Les divergences au sein de l’UPC sont l’expression de la démocratie. Le MINAT n’a aucun alibi pour nommer un dirigeant", a indiqué Pierre Baleguel, ajoutant : "Nous allons nous battre, jusqu’à donner nos vies pour que cette situation soit réglée."