Gouvernement de Côte d’Ivoire: Gon Coulibaly vend du faux

Gouvernement de Côte d'Ivoire, Gon Coulibaly

Les membres du gouvernement de Côte d’Ivoire avec en première ligne le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly pilotent une offensive de communication sans précédent. Reportages dans la presse, publications sur les réseaux sociaux sont mis à contribution. Mais plus curieux, c’est l’accent mis par le Premier ministre Amadou Gon sur l’entrepreneuriat. Une communication qui apparait comme une obsession qui cache un aveu d’impuissance ou une prime en faveur de quelques intérêts politiques privés. Nelson Zimin décrypte.

Massive communication du Gouvernement de Côte d’Ivoire, Gon Coulibaly à la barre

Cher Gbanzan mon frère,

Si tu suis bien l’actualité de chez vous, tu pourrais me conseiller de devenir prophète là-bas. Oui bien sûr que j’en ai les capacités, mais personne ne m’écoutera. Sinon plus sérieusement, les lignes de Simone Gbagbo s’activent et je ne crois pas que ce soit pour le retour de Gbagbo à la magistrature suprême. Elle s’est enfin décidée à exister politiquement et en pleine autonomie. Je t’en reparlerai sous peu, car cette affaire m’intéresse. Cependant, un grand type de chez vous dit que tout va bien et que les entreprises privées ne cessent de pousser. Regardons tout cela de près.

Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre du gouvernement de Côte d’Ivoire multiplie les posts sur twitter, son nouveau jouet, pour faire démagogie. Il est devenu le messie, le nouveau chantre de l’entrepreneuriat productif du pays, pendant que le chômage fait des dégâts chez les jeunes. Avant de continuer, écoute ce proverbe de ton oncle Kanégnon Zasséli qui dit : « Celui qui tape le tam-tam et celui qui danse transpirent ensemble ». Selon Amadou Gon Coulibaly, Premier ministre du gouvernement de Côte d’Ivoire, « le nombre des entreprises privées en Côte d’Ivoire ne cesse d’augmenter. Entre 2013 et 2018, 42 762 nouvelles entreprises ont vu le jour ».

On pourrait applaudir et jubiler de ce bilan de presque fin de mandat, n’est-ce pas ? Mais la suite de sa phrase m’a cloué direct de rire. Il a ajouté sur son tweet en date du 19 avril 2019 que « les entrepreneurs peuvent compter sur l’aide de mon gouvernement pour se développer et créer de la richesse ». As-tu déjà vu le bilan du ministère de l’emploi jeune et de son agence pour l’emploi jeune ? Alors les entreprises qui sont nées ont créé combien d’emplois ?

Paradoxe d’un entrepreneuriat d’État, Contraste de l’emploi de jeunes au chômage

Si je te donne quelques exemples d’entreprises créées, tu comprendrais la nature des entreprises créées et la qualité des propriétaires. Le pouvoir en place chez vous devrait être poursuivi pour délit d’initié. Je ne te parlerai pas du couteau suisse du régime Ouattara, Adama Bictogo, l’entrepreneur en chef du pouvoir, qui amortit les marchés issus du programme ou des reformes du gouvernement de Côte d’Ivoire.

Je ne vais pas te nommer la famille du président de la République qui évolue dans les médias (A+ Côte d’Ivoire, Canal+ Overseas..), le transport (Ivoire Taxi), l’immobilier (AICI) ou les matières premières (Africa Sourcing). Non, il y’a aussi ces membres du gouvernement dont les épouses créent des entreprises dans la communication ou l’achat d’équipements militaires pour nos armées. Penda Cissé, épouse du ministre du Pétrole et de l’Énergie Abdourahmane Cissé, a créé PIMENT BLEU Communication, alors que son époux de ministre était au budget. Le budget de réhabilitation des locaux qu’elle occupe et le coût des équipements importés a explosé. Qui a fiancé ?

Les Donwahi ne sont pas en reste. Laure Baflan-Donwahi, épouse d’Alain Richard Donwahi et maire de Mayo, par le canal de son entreprise avait été impliquée dans l’achat d’équipements militaires, alors que son époux était délégué à la défense. Très habile pour brouiller les pistes ! Ces exemples ne sont que l’expression d’une habitude de mauvaise gouvernance de la part des membres et anciens membres du gouvernement de Côte d’Ivoire, dont les entreprises sous-traitent les services du gouvernement et d’autres structures de l’état sans forcément avoir besoin d’embaucher du personnel. Tout bénéfice pour un clan qui profite de la déperdition de nos ressources. Donc la création d’emplois n’est pas la priorité.

Des chiffres sur les performances du gouvernement de Côte d’Ivoire pour cacher la misère des Ivoiriens

Selon le FMI, le Ghana, avec un taux de croissance de 8,8%, aura la plus forte croissance économique du monde en 2019. Il sera suivi de la Côte d'Ivoire avec 7,5% et de l’Éthiopie : 7,7%. L'Angola viendrait loin derrière avec seulement 0,4% et l'Afrique du Sud avec 1,2%, la première économie de la CEDEAO le Nigeria se positionnera avec 2,1%. Si tu veux croire à ces chiffres, libre à toi de le faire. Pour ma part, je préfèrerais consulter un marabout de Dakar pour qu’il me dise l’avenir de votre pays en 2019. Ce que je sais est que la banque africaine de développement (BAD) avait estimé en 2018, le taux de chômage des Ivoiriens entre 70% et 80%.

Le gouvernement de Côte d’Ivoire avait réagi par la suite avec son humoristique taux de 2%. Mais rassure-toi. Le taux de croissance est différent de développement. Le pays devient, en valeur absolue, plus riche, mais cela ne signifie pas qu’il se développe. La question de la redistribution équitable des richesses reste cruciale. Certains taux de croissance sont cependant un leurre, surtout quand ils sont alimentés par des emprunts massifs. Si ces chiffres sont réels (ceux de la Côte d'Ivoire), il faudra repenser chez nous la redistribution de leurs retombées, et revaloriser la rémunération des travailleurs. Car il ne faut pas l’oublier, la cherté de la vie a absorbé tous les efforts de résilience déjà consentis par les Ivoiriens et créé une indescriptible confusion. Alors, dis à votre Premier ministre Gon Coulibaly de sonner moins une prospérité qui n’est que fictive. « Un Économiste peut commettre deux erreurs, la première consiste à ne pas calculer et la seconde à croire en ce qu’il a calculé ». Michal KALECKI te souhaite un bon week-end.

À bientôt

Nelson Zimin