Nigéria : Les frères Psquare bientôt devant les tribunaux

Les Psquare à nouveau en guerre

Après la violente bagarre entre les membres du célèbre groupe nigérian Psquare, qui avait conduit à la seperation des frères jumeaux, Paul et Peter, une autre affaire entre nos deux talentueux chanteurs vient de naitre et risque cette fois ci de se terminer à la justice.

Psquare : Peter veut traduire Paul devant les tribunaux

On se souvient encore de la fameuse bagarre entre les membres du groupe nigérian Psquare en 2017 qui avait abouti à la dislocation de ce duo composé de deux frêres jumeaux Peter et Paul. Et bien la guerre entre ces deux excellents chanteurs semble encore se poursuivre puisque Peter envisage de poursuivre son frère Paul et un promoteur de spectacle angolais devant les tribunaux pour avoir utilisé sa photo pour la promotion d'un concert qui aura lieu ce dimanche en Angola.

Sur son compte Instagram, Peter Okoye qui est actuellement en concert en Ethiopie, a exprimé son mécontentement et a menacé de poursuivre les promoteurs et les organisateurs du spectacle en Angola.''Ils avaient donc besoin de ma photo pour vendre leur spectacle en Angola. Ce promoteur aura bientôt des nouvelles de mes avocats. Vous m’avez cherché des problèmes'', a declaré Peter tout en rassurant le peuple éthiopien relativement à son concert. ''Mon cher peuple d’Addis-Abeba, je viens d’arriver. Pas besoin de paniquer, je suis là !''

Pour Peter, il est inconvenable que son image soit utilisée sur les supports d'un événement alors qu'il n'y est pas convié. ''C’est la raison pour laquelle je dois mettre les choses au clair. Je ne peux pas vous dire à quoi j’ai dû faire face ces deux derniers jours. Mon équipe est accusée d’avoir programmé deux spectacles, les promoteurs paniquent, les fans angolais disent qu’ils attendent avec impatience ma prestation à Luanda en Angola'', a-t-il soutenu sans tenir compte du fait que son frère jumeau, Paul Okoye sera bien à cet événement en Angola. ''Soyons clairs, pas besoin d’être émotif et sentimental. C’est une question d’intégrité et d’affaires. Rien d’autre ! Je dois protéger mon nom et mon image, c’est tout ! Encore une fois, les promoteurs et les organisateurs de ce spectacle (en Angola) doivent être tenus responsables. Mon équipe juridique s’en occupe. Je vous remercie », a-t-il conclu.