Cameroun : Crise anglophone, Jean-Yves Le Drian sonne l'alerte

Crise anglophone au cameroun : Le Drian interpelle Paul Biya

La crise anglophone qui secoue le Cameroun ces dernières années prend de plus en plus d'ampleur, au point où toute la communauté internationale en est inquiète. Devant les députés français, le ministre Jean-Yves Le Drian a tiré sur la sonnette d'alarme pour appeler à des actions en vue de sauver le peuple camerounais.

Crise anglophone : Jean-Yves Le Drian interpelle Paul Biya

Les régions du sud-ouest et du nord-ouest du Cameroun entendent obtenir leur autonomie vis-à-vis du pouvoir central camerounais. Aussi, pour soutenir cette sécession et proclamer la République de l'Ambazonie, ces régions anglophones ont-elles lancé des mouvements armés en vue de forcer la main au gouvernement camerounais.

Mais c'était sans compter avec la détermination du Président Paul Biya de maintenir l'unité et l'intégrité du territoire camerounais, conformément à son serment qu'il vient de prêter pour la 7e fois consécutive.

Cependant, la crise ne fait que s'enliser, et les catastrophes humanitaires liées à ce conflit armé deviennent de plus en plus lourdes.

Face à un tel drame, des voix ne cessent de s'élever, aussi bien en Afrique qu'à travers le monde, pour appeler à des actions en vue de sauver la situation dans ce pays phare de l'Afrique centrale. C'est ainsi que Jean-Yves Le Drian a également sonner l'alerte en faveur du pays des Lions indomptables.

Devant la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale qui l'auditionnait, ce 28 mai, le ministre français des Affaires étrangères a déclaré : « Dans les régions anglophones du Cameroun, la situation continue de se dégrader. Les pertes humaines sont de plus en plus lourdes. »

Le chef de la diplomatie française a par ailleurs appelé le président Biya à faire libérer l'opposant Maurice Kamto en vue d'une décrispation de l'atmosphère sociopolitique. Indiquant en outre que la France, l'Union européenne et les Nations unies sont à pied d'oeuvres, à travers quelques pressions, pour amener le président camerounais à prendre des décisions salvatrices pour son pays.