People : Mani Bella, 500 000 FCFA pour se dépigmenter

Mani Bella, ambassadrice contre la dépigmentation

Mani Bella est résolument engagée dans la lutte contre la dépigmentation. La star camerounaise a encore surpris ses fans à travers une publication sur son compte Instagram en leur faisant une étrange proposition.

Mani Bella en guerre contre la dépigmentaion

On le sait, depuis un moment, Mani Bella a décidé de ne plus se dépigmenter. La chanteuse camerounaise se fait désormais appeler "la panthère bio de Nkoagang" ou encore la "nouvelle ambassadrice de l'arrêt du Ndjansang (dépigmentation, Ndlr)". Il faut rappeler que Mani avait été sous les feux des critiques de ses fans qui ne lui pardonnaient pas son choix de se blanchir la peau. Apparemment, l'auteur de la célèbre chanson Pala Palal a compris le message des amoureux de sa musique, mais également des Camerounais. Véronique Mani Bella (son nom à l'état-civil) a donc décidé d'arrêter la dépigmentation.

Mani Bella s'est dorénavant lancée dans une campagne contre l'éclaircissement de la peau. Elle n'hésite pas à laisser des messages de sensibilisation sur les réseaux sociaux. "Seigneur, donne la force à au moins 1000 femmes d'arrêter de se blanchir la peau dès ce week-end", avait-elle écrit récemment.

"500.000 francs CFA (cinq cent mille francs CFA)... C'est la somme que mon ndjansang allait me coûter du mois de juin au mois de décembre de cette année 2019!!! Bien, que ça ne soit pas une grosse somme, j'aimerais quand même donner gracieusement cet argent au profit d'une cause. Ou selon vous, que pouvons nous faire avec cette somme?????? Je me permets de demander vos avis ici, car nous sommes ensemble dans ce combat contre la dépigmentation et c'est vous qui m'apportez le maximum de soutien au quotidien. Vos avis comptent énormément sur ce sujet. Alors ma famille ! On fait quoi avec mon argent du ndjansang de cette année ?" , a publié Mani Bella sur son compte Instagram.

Sans attendre, des fans de la chanteuse lui ont fait des propositions allant à la création d'une entreprise à l'ouverture d'un centre pour des filles de la zone anglophone du Cameroun.