Mamadou Koulibaly déchire l'ECO, la future monnaie de la CEDEAO

quand Mamadou Koulibaly démonte l'eco

Mamadou Koulibaly: la CEDEAO n'est pas encore prête pour la monnaie unique
Par Naho Ouattara
Publié le 12 juillet 2019 à 09:00 | mis à jour le 12 juillet 2019 à 09:00

Mamadou Koulibaly, président de Liberté et démocratie pour la République (LIDER), et Professeur d'Économie, a ''démonté'' l'ECO, la future monnaie commune de la CEDEAO, dans ''les jeudis de Mamadou Koulibaly '', sa tribune d'échange avec les internautes sur la page Facebook de son parti ce jeudi 11 juillet 2019. Il l'a fait au lendemain des propos tenus par Alassane Ouattara à sa sortie d'une audience avec Emmanuel Macron, son homologue français.

L'explication contradictoire d'Alassane Ouattara, selon Mamadou Koulibaly 

Pour Mamadou Koulibaly, la future monnaie unique n'est pas différente du CFA. Il s'est exprimé en ces termes : "Les autorités françaises ont toujours fait savoir aux Africains que ce n’était pas à elles de prendre la décision mais plutôt aux Africains. Qu’à la limite un changement de nom, si c’est ce qu’on veut, pourquoi pas ? Et nous avions pensé qu’avec la CEDEAO, à travers l'intégration monétaire sous-régionale, on pourrait se débarrasser du CFA et instaurer une monnaie commune, facteur d’intégration monétaire, d’intégration politique et commerciale de ces 15 pays d’Afrique de l’ouest. Et puis, il y a eu un sommet qui devait nous rassurer sur la question, mais le sommet s’est terminé sans qu’on ne nous dise clairement quelles étaient les dernières décisions. Il a été dit simplement que c’est en 2020 que le calendrier sera tenu. Le président Ouattara arrive à Paris, nous explique qu’aucune monnaie ne sera sacrifiée. Le CFA va s’appeler ECO et que les pays qui sont prêts, vont y entrer tout de suite. Et ceux qui ne sont pas prêts, vont venir. D’ailleurs ceux qui sont prêts sont les pays de l’UEMOA, les pays du CFA eux sont déjà prêts; donc vont commencer. On va juste changer l’appellation du CFA, on va l’appeler ECO et plus tard, les autres vont intégrer. Aucune monnaie ne sera sacrifiée mais les autres vont intégrer", dira-t-il.

En réalité, pour Mamadou Koulibaly, le président Ouattara a rassuré les populations qu’en 2020 il n' y aura pas de monnaie commune CEDEAO. "Les pays CFA vont rester CFA et les autres pays vont rester tels qu’ils sont. Parce que je ne vois pas comment les Pays qui sont hors CFA aujourd’hui, en 2020, vont accepter de sortir de la liberté monétaire pour venir s’enfoncer dans la servitude monétaire. Je ne vois pas comment le Nigeria, le Ghana, la Guinée et les autres pourraient accepter cela", prévient-il.

"Option volontariat et l'option réaliste", selon Mamadou Koulibaly

Selon l'ancien numéro deux du parti de Laurent Gbagbo, pour avoir pris part à ce genre de cérémonies, il y a toujours deux options lors des sommets des chefs d'État sur la question monétaire. "L’option volontariste c'est-à-dire nous qui sommes dans le CFA, nos critères de convergence sont bonnes, nous on va commencer et les autres vont nous rejoindre plus tard mais cette option oublie que la question de la monnaie, c’est aussi une affaire économique, de puissance monétaire et politique entre les pays. Si nous tenons compte de cet aspect, ça veut dire que la Côte d’Ivoire va commencer et le Nigeria va les rejoindre dans le CFA appelé ECO. C’est de la plaisanterie. L’autre option, c’est ce qu’on appelle là-bas le scénario réaliste. On voit qu’il faut qu’on aille nécessairement sur une monnaie commune. On créé en 2020 les institutions, la forme, l’appellation. On a l’union monétaire qui est créée sur papier, on a les statuts de la banque centrale, on a connaissance de la monnaie et en 2021, on prépare l’adoption, la ratification, la campagne et en 2022, on y va effectivement avec la monnaie unique de la CEDEAO. Mais ceux qui sont dans l’option volontariste ont pris le soin d’expliquer mais ils ne nous ont pas dit qu’il y a l’option réaliste qui était là. Les techniciens sur la question, sont rentrés dans des bagarres entre eux", a-t-il expliqué.

Des questions sur la monnaie qui méritaient d'être posées, selon Mamadou Koulibaly


Selon Mamadou Koulibaly, de nombreuses questions devraient être posées avant d'émettre un calendrier pour adopter l'ECO comme monnaie unique de la CEDEAO. Notamment, comment vous avez fait les critères de convergences pour que ce soit seulement les pays qui sont dans le CFA qui remplissent les conditions ? Est-ce que vous avez tenu compte de la période choisie, des crises de l’ebola dans certains pays ? Des crises politiques dans d’autres pays ? Est-ce que vous avez des statistiques confortables ? Est-ce que vos statistiques ont été utilisées à bon escient, pourquoi prenez-vous les critères de convergence comme conditions pour aller à la monnaie unique? Est ce qu’il ne s’agit pas de mesure d’accompagnement de la monnaie unique lorsque nous y serons ? Toutes ces dispositions techniques n’ont pas eu d’issue. Quand il s’est agit de voir comment on fait l’harmonisation des politiques économiques, l’harmonisation monétaire, les rapports ne disent rien. Aujourd’hui on a le CFA plus 8 monnaies autour. Chacune de ces monnaies autour, rentre comment avec l’ÉCO? Est-ce qu'un CFA égal un ECO, un naira égal un ECO, un cédi égal un ECO ? Est-ce qu'il y a des arrangements qu’il faut faire pour cela ? Une fois qu’on a l’ECO Comment il va s’établir par rapport aux Dollars, à l’Euro, au Yen rien n’est précisé et 2020 arrive. Les structures financières, les marchés financiers que l’on va créer en soutien à la monnaie, rien est précisé. Quand il s’agit de la gestion des restes d’échanges, il y a des pays pétroliers, des pays agricoles, il y des dollars qui vont venir de partout, ils iront dans un compte commun et comment et ce qu’on va avoir accès à ces Dollars. Est-ce qu'on va acheter les Dollars au même prix chacun ou est-ce qu'il y aura des différentiels de prix, rien du tout. En fait, on n'a réglé aucun problème", s'est indigné Mamdou Koulibaly.