Le Préfet Vincent Toh Bi livre le bilan définitif du drame d' Anyama

Le Préfet Vincent Toh Bi livre le bilan définitif du drame d' Anyama
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 24 juin 2020 à 19:54 | mis à jour le 24 juin 2020 à 19:54

Vincent Toh Bi Irié, Préfet d’Abidjan, a livré le bilan définitif du drame survenu la semaine dernière au quartier Derrière rail d’Anyama, localité située à la périphérie d’Abidjan.

Drame d'Anyama: Vincent Toh Bi annonce la fin des recherches, un appel lancé aux populations

17 morts repartis en 3 familles et 19 blessés dont des cas graves. C’est le triste bilan du drame survenu, jeudi 18 juin dernier au quartier Derrière rail de la commune d’Anyama, après un glissement de terrain dû aux pluies diluviennes qui s’abattent ces derniers jours sur Abidjan. « En 03 minutes, l’eau de pluies a annihilé des vies et fait 19 blessés dont certains graves. 20 habitations sur un flanc de talus non habitable ont été projetées sur une distance de 70 mètres. La coulée de boue qui s’en est suivie a enseveli toutes les maisons sous une hauteur de 2,5 mètres. Le trafic ferroviaire a été coupé avec d’importantes conséquences économiques et sociales », relate Vincent Toh Bi Irié.

Le Préfet d’Abidjan révèle qu’ après 6 jours d’intenses recherches rendues difficiles par l’instabilité du terrain et les pluies qui n'ont pas cessé de tomber, le bilan définitif s’établit comme suite : « Une famille a perdu 05 personnes, 02 autres familles ont perdu 04 personnes chacune, une quatrième famille a perdu 02 personnes; les autres décès proviennent de familles diverses (...) 733 familles se retrouvent sinistrées mais assistées et regroupées à la Mosquée et à l’Eglise Catholique », a-t-il ajouté.

Conformément au protocole, le Préfet Vincent Toh Bi a annoncé la fin des opérations de secours et de recherche, avant d'inviter les populations à quitter les zones à risques car les pluies continuent et s’annoncent encore plus fortes.


«D’autres drames similaires sont malheureusement encore possibles ailleurs dans d’autres zones sensibles d’Abidjan si nous n’adoptons pas un comportement responsable. Encore une fois, dans ces drames, ce n’est pas la qualité des ouvrages d’assainissement, qui en est la cause mais les installations anarchiques et l’incivisme de certaines populations. C’est pourquoi, nous réitérons l’unique appel de ces dernières années: populations, quittez les zones à risques (pour ceux qui ont reçu des notifications officielles depuis plusieurs mois déjà) et soyez prudentes partout lorsque sont annoncées d’importantes crues », a alerté le préfet Toh Bi.