Titrologie : Revue de la presse ivoirienne du 13 juillet 2020

Titrologie, Amadou Gon Coulibaly inhumé vendredi
Par K. Richard Kouassi
Publié le 13 juillet 2020 à 08:07 | mis à jour le 13 juillet 2020 à 08:24

Les obsèques du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly occupent une place de choix dans la titrologie de ce lundi 13 juillet 2020. Décédé le mercredi 8 juillet, le chef du gouvernement sera inhumé à Korhogo le vendredi, après un hommage de la Nation.

Titrologie, Amadou Gon Coulibaly inhumé vendredi

"Décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, les obsèques démarrent demain", fait savoir Fraternité Matin, dans sa parution du lundi 13 juillet 2020. Le quotidien gouvernemental nous apprend également que les épreuves écrites du BEPC débutent ce matin. Dans sa titrologie, Le Jour Plus, donne le programme complet des obsèques du chef du gouvernement ivoirien. Interrogé par notre confrère, Silué Kagnon, sénateur de la région du Poro, affirme que le défunt est "le père du développement à Korhogo". Par ailleurs, le journal annonce un Conseil des ministres et une réunion du Conseil national de sécurité (CNS), aujourd'hui.

Dans les colonnes de Le Patriote, Hamed Bakayoko livre un message à la mère d'Amadou Gon Coulibaly. "Nous avons perdu quelqu'un de grand... Tu peux être fière de ton fils", a déclaré le ministre de la Défense à la génitrice de l'illustre disparu. Le journal proche du parti au pouvoir informe également que le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) "prépare un grand hommage à son "Lion" ".


Pour sa part, Le Nouveau Réveil, pointe du doigt "une cacophonie au sommet de l'Etat" avant l'inhumation d' Amadou Gon. Ce média, fidèle aux idéaux du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), écrit qu'Ahoussou Jeannot Kouadio et François Amichia sont testés positifs au covid -19. Le Quotidien d'Abidjan, attire l'attention des lecteurs sur la situation sociopolitique. "Ça ne va pas", fait remarquer le journal d'opposition. Pour Hubert Oulaye, "les portes du palais sont ouvertes au FPI". Le Nouveau Courrier, révèle que "le torchon brûle entre Ouattara et Duncan"