Arrestation de femmes de GPS : Danièle Boni Claverie en colère

Danièle Boni Claverie appelle à la libération d'Anne-Marie Bonifon et Pulchérie Gbalet
Par K. Richard Kouassi
Publié le 17 août 2020 à 19:36 | mis à jour le 03 février 2021 à 19:39

Danièle Boni Claverie est très remontée contre Alassane Ouattara, suite à l'arrestation d'Anne-Marie Bonifon et de trois de ses camarades qui prenaient part à une marche de protestation contre un probable 3e mandat du président ivoirien. La présidente de l'URD (Union républicaine pour la démocratie) s'insurge également contre l'interpellation de Pulchérie Gbalet, la présidente d'Alternative citoyenne (ACI).

Danièle Boni Claverie appelle à la libération d'Anne-Marie Bonifon et Pulchérie Gbalet

Dans une publication sur sa page Facebook, Danièle Boni Claverie a dénoncé l"'entêtement du Pouvoir à réduire au silence toute contestation concernant le 3e mandat". Voici l'intégralité de la déclaration de la fondatrice de l'URD :

L'URD tient à marquer sa profonde déception face à l'entêtement du Pouvoir à réduire au silence toute contestation concernant le 3e mandat. Après les jeunes, c'est au tour des femmes de subir la fureur des Autorités. 4 dames de GPS, le parti du président Soro ont été arrêtées dont Mme Anne-Marie Bonifon qui serait malade, nous dit-on. Et nous apprenons maintenant que Pulcherie Gbalet, Présidente de l'ACI, membre de la société civile, est privée de libertés dans des circonstances qui demandent à être éclaircies. Nous nous associons à la déclaration de Civis Côte d'Ivoire qui demande que les lieux de détention des prévenus et accusés soient connus. C'est en effet un droit légal constamment remis en cause par un mode opératoire où des personnes encagoulées conduisent les prévenus et accusés vers des destinations inconnues en violation des droits des citoyens les plus élémentaires.

L'URD rappelle que ces dames sont des mères de famille qui ont "osé " s'engager en politique par idéal et pour défendre une cause. Pourquoi, faudrait-il que sous nos tropiques, ce soit un délit ?


L'URD tient à exprimer toute sa solidarité et exhorte le gouvernement à les libérer sans délai. Pour l'URD, seul un dialogue politique peut désamorcer la crise préélectorale qui s'annonce en raison de l'entêtement du président de la République à conserver le pouvoir.






Articles les plus lus