École en baisse: Siro dénonce les "Ken" au CAFOP et à l'ENS

École en baisse: Siro dénonce les
Par Mael Espoir
Publié le 20 août 2020 à 13:09 | mis à jour le 20 août 2020 à 13:09

Le chanteur ivoirien, Siro, du groupe zouglou Yodé et Siro, a affiché de grosses inquiétudes pour l'école en Côte d'Ivoire.

École ivoirienne: Les gosses inquiétudes du chanteur zouglou, Siro

Siro est un artiste engagé. En plus de critiquer les tares de la société dans les différentes chansons qu'il concocte avec son compagnon, Yodé, il ne manque pas d'exprimer son opinion sur les sujets d'actualité à chaque fois qu'il en ressent le besoin.

En juin dernier, dans une interview accordée à abidjan.net, Siro n'est pas passé par quatre chemins pour déplorer l’inaction des autorités vis-à-vis des artistes face à l'épidémie de Coronavirus. Il avait même salué le geste du président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, qui avait pensé aux artistes de son pays.

‘’La musique ivoirienne est aussi frappée par le Coronavirus. Nous sommes près de 10 mille artistes et nous avons 6 mille artistes qui vivent dans la précarité. Je suis étonné que le gouvernement ivoirien ne se lève pas pour faire un geste aux artistes. Même le Burkina Faso a pensé à ses artistes. Or le Burkina n'a pas les ressources que la Côte d'Ivoire a, mais le président burkinabé a pensé aux artistes burkinabé en donnant 1 milliard 3 cent millions. Mais chez nous, c'est grave. Ça fait quatre mois sans activité. Tous les artistes ivoiriens sont frappés. On essaie d'être heureux; on essaie de faire avec mais c'est dur‘’, avait lancé Siro.


Plusieurs mois après, l'artiste revient à la charge en affichant de grosses inquiétudes pour l'école en Côte d'Ivoire qui, selon lui, est gangrénée par la corruption, la tricherie et bien d'autres. ''Le père de la nation (Félix HOUPHOUËT-BOIGNY) a fait de l’école ivoirienne sa Priorité parce que l’avenir d’un pays repose sur la qualité de ses cadres. Depuis des années, notre école est malade. Cause: Corruption, Malversation, Indiscipline, Tricherie... On s’amuse à faire rentrer des gens au CAFOP en « Ken » ( magouilles) Les élèves vont bien au collège sans niveau et croisent des enseignants qui sont aussi rentrés à l’ENS en "Ken". Cette année avec la COVID-19, les élèves sont allés en classe supérieure sans finir le programme. Où allons-nous », s'est interrogé Siro sur les réseaux sociaux.




Articles les plus lus