Soro appelle Gbagbo au téléphone, le contenu de leurs conversations

Conversations téléphonique entre Gbagbo et Soro
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 30 septembre 2020 à 13:11 | mis à jour le 30 septembre 2020 à 14:32

Brouillés pendant de longues années, Laurent Gbagbo et Guillaume Soro se sont finalement parlé au téléphone. Sur Afrique Média, l'ancien chef du Parlement ivoirien revient sur ce qu'il a dit à son ancien mentor.

Guillaume Soro : "Je regrette...l'arrestation de Laurent Gbagbo »

19 septembre 2002, Guillaume Soro prend la tête d'une rébellion contre le pouvoir de Laurent Gbagbo. Dix-huit ans après, beaucoup d'eau a coulé sous le pont et les lignes sont en train de bouger entre le fondateur du Front populaire ivoirien (FPI) et l'ancien chef rebelle. L'opposition ivoirienne a en effet initié un large rapprochement pour mieux s'organiser et faire pression sur Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession pour un 3e mandat.

C'est donc à la faveur de ce rapprochement que Soro Kigbafori Guillaume a eu un entretien téléphonique avec Laurent Gbagbo. Sur Afique Media, le Président de Générations et peuples solidaires (GPS) dit amèrement regretter les images qui ont circulé à travers les télévisions du monde relatives à l'arrestation de Laurent Gbagbo, ainsi que l'ancienne Première Dame Simone Ehivet Gbagbo, et certains de leurs proches.

« Quand j'ai eu Laurent Gbagbo au téléphone, je lui ai présenté des excuses, je lui ai présenté mon pardon. Je lui ai dit ceci : Je me suis trompé sur la personnalité de monsieur Ouattara. Je pensais que Monsieur Ouattara, une fois élu, allait réconcilier tous les enfants de la Côte d'Ivoire. Deuxièmement, qu'il allait bâtir un État de droit. Troisièmement, qu'il allait faire entrer la Côte d'Ivoire dans la démocratie. Et enfin, comme il a un profil économiste, j'ai pensé qu'il allait relever économiquement la Côte d'Ivoire. Malheureusement, je me suis trompé. »


C'est visiblement un soulagement pour l'ancien patron des Forces nouvelles (FN, ex-rébellion) d'avoir eu cette conversation téléphonique avec son ancien mentor, alors qu'il était encore à la tête de la FESCI, syndicat estudiantin. Soro indique d'ailleurs qu'il a dit toute sa disponibilité à Gbagbo pour se déplacer et aller le voir à Bruxelles le jour où il sera prêt. « Lors de ce coup de fil, j'ai été d'autant plus ému qu'il n'y avait pas d'animosité de son côté, encore moins du mien », a-t-il fait remarquer.




Articles les plus lus