Meurtre du fils de Laurent Akoun : Des suspects interpellés

Meurtre du fils de Laurent Akoun : Des suspects interpellés
Par K. Richard Kouassi
Publié le 01 décembre 2020 à 16:34 | mis à jour le 01 décembre 2020 à 18:19

Dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 octobre 2020, le commissaire Akoun Charles Etienne Louis, fils de Laurent Akoun, a été abattu par des hommes armés dans un bar à Cocody-Angré. Un mois après ce drame, la Police nationale annonce que des suspects ont été mis aux arrêts suite aux enquêtes ouvertes par ses services, a-t-on appris de sources policières.

Du nouveau dans l'assassinat du fils de Laurent Akoun

Mardi 1er décembre 2020, le directeur général de la police nationale a échangé avec Laurent Akoun, dont le fils Akoun Charles Etienne Louis, commissaire de police de 1ère classe, a été assassiné dans un bar au cours d'un braquage dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 octobre 2020. L'inspecteur général Youssouf Kouyaté a saisi l'occasion pour confier à ce proche de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, que les premiers suspects ont été interpellés grâce aux enquêtes diligentées par la police. Il a également laissé entendre que cet acte odieux ne restera pas impuni, car "on ne s'attaque pas impunément à un policier". Le premier responsable de la police a précisé à Laurent Akoun que l'enquête suit son cours.

Il faut savoir que l'ex-commissaire Akoun Charles Etienne Louis se trouvait dans un bar dans le quartier chic de la commune de Cocody non loin de l'agence de la CNPS (Caisse nationale de prévoyance sociale). Cet officier en fonction à la police criminelle a été témoin d'un braquage perpétré dans l'établissement où il se trouvait.


Sans hésiter, il tente de s'opposer aux bandits qui avaient réussi à maitriser les clients du bar. Le fils de Laurent Akoun a échangé des tirs avec les braqueurs. Malheureusement, le commissaire de police, après avoir abattu un malfrat, a été atteint par balle. Il n'a pas survécu à sa blessure alors qu'il était transporté au Centre hospitalier universitaire d'Angré.






Articles les plus lus