Mali: La Cour constitutionnelle confirme la réélection d’ IBK

Les partisans de IBK heureux après la réélection de
Par Ange Tiémoko
Publié le 20 août 2018 à 20:39 | mis à jour le 20 août 2018 à 20:39

La présidente de la Cour constitutionnelle malienne, Manassa Danioko a confirmé lundi la réélection du chef de l’Etat sortant, Ibrahim Boubacar Keita dit (IBK), "pour un dernier mandat de cinq ans" à la tête du pays, à l’issue du second tour de la présidentielle du 12 août.

Dans une longue démonstration juridique, Mme Danioko a jugé "irrecevables les requêtes introduites par (le chef de file de l’opposition) Soumaila Cissé", portant entre autres sur "le bourrage d’urnes, l’annulation du scrutin dans certaines localités où il n’a pu se tenir dans les normes sécuritaires", estimant qu’elles sont "confuses (et) hors délais".

IBK (73 ans), dont le nouveau mandat court désormais du 04 septembre 2018 au 03 septembre 2023 a été donc accrédité de 67,16% des suffrages, contre 32,84% pour son adversaire M. Cissé, avec un taux de participation de 34,42%.

"Je suis réélu pour un nouveau et dernier mandat", a posté IBK sur son compte Twitter, quelques instants après la proclamation de ces résultats définitifs, avant de dire "merci au peuple malien".

A la tête d’un mouvement de protestation samedi dans les rues de Bamako, Soumaila Cissé (69 ans), qui refuse d’accepter les résultats du second tour de la présidentielle du 12 août, a donné "rendez-vous" à ses partisans, "après la fête (musulmane) de la Tabaski", estimant que c’est lui "le président élu, conformément au vote des Maliens".

Manassa Dagnoko, la présidente de la Cour constitutionnelle malienne, a confirmé les résultats du premier tour de la présidentielle malienne qui ont donné favori l’actuel président Ibrahim Boubakar Kéita dit IBK et son principal opposant, Soumaila Cissé et ordonné un second tour dimanche 12 août.


Le chef de file de l’opposition au Mali, Soumaila Cissé, avait rejeté les résultats de la présidentielle du 29 juillet, à l’issue de laquelle il est arrivé en seconde position derrière le président sortant Ibrahim Boubacar Keita (IBK), estimant qu’ils“ ne reflètent pas’’ le vote des Maliens.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp