Cameroun: les barèmes proposés par l’industrie brassicole de la bière validés

Le prix de la bière  fixé par la brasserie.
Par Jean-Marc Bouazo
Publié le 13 mars 2019 à 13:44 | mis à jour le 13 mars 2019 à 13:44

Les barèmes proposés par l’industrie brassicole consacrant une augmentation des prix de la bière au Cameroun, ont été validés mardi, au terme d’une rencontre entre les différents acteurs du secteur, au ministère du Commerce.

Les nouveaux prix de la bière fixé au Cameroun

A l’issue de la concertation entre les entreprises brassicoles, les associations de protection des droits des consommateurs et les syndicats des exploitants des débits de boissons, les barèmes proposés par les industriels en application des dispositions de la loi des finances pour l’exercice 2019, ont été validés."

Ils consacrent une augmentation variant de 0 à 50 FCFA maximum par bouteilles", selon les acteurs, précisant que "ces nouvelles grilles de prix feront l’objet d’un affichage dans tous les points de vente à travers le territoire national.

Le 1er mars, la Cameroon alcohol producers Association (CAPA), qui regroupe les cinq principales entreprises brassicoles du pays (Société anonyme des brasseries du Cameroun (SABC), Guinness S.A., l'Union camerounaise de brasseries (UCB), Fermencam et Sofavin), a décidé d’augmenter le prix de certains produits.

Selon la CAPA, cette majoration (25 à 50 FCFA), s’explique par la mise en application de la loi des finances 2019.

"La Ligue camerounaise des consommateurs (LCC) n’est pas d’accord avec les prix qui partent au-delà de ce qui a été convenu avec le gouvernement", a indiqué le responsable, Delor Kamgaing, après avoir quitté la salle des travaux.

"On ne peut pas partir de 32 à 50 FCFA", a jouté M. Kamgaing, qui compte "tout faire pour que le ministre du Commerce invalide", ces nouveaux barèmes.


Au nom des associations des consommateurs, Mbida Ndoumbe a estimé que "les industries brassicoles ont fait des efforts afin que certains produits de grand consommation ne soient pas impactés (par la hausse) et que les prix soient jugulés."

"Des dispositions seront prises pour lutter contre l’inflation des prix dans les débits de boissons", a assuré M. Ndoumbe, expliquant que "seul le ministère du Commerce était habilité à homologuer ces prix."