Mahamadou Issoufou: « L’Afrique est malheureusement pauvre de ses matières premières »

Mahamadou Issoufou a souhaité l'industrialisation de l'Afrique après l'étape de la zone de libre-échange continental

Mahamadou Issoufou, lors de son tour de parole sanctionnant les travaux qu’il a eu avec le président Alassane Ouattara, le weekend dernier, a adopté une posture très panafricaniste. Mahamadou Issoufou dont le discours tranchait visiblement avec l’approche mercantiliste du président ivoirien, a surpris plus d’un.

Mahamadou Issoufou, plus panafricaniste qu’Alassane Ouattara ?

Après avoir fait l’historique et situé le cadre de la coopération entre la Côte d’Ivoire et le Niger, son pays, le président Mahamadou Issoufou a réaffirmé la volonté de son pays à préserver et vivifier « l’héritage politique important légué par deux grandes figures….et pères fondateurs que sont les présidents Amani Diori et Félix Houphouët Boigny ». Un héritage fondé sur des « valeurs de fraternité, de dialogue et de paix », a ajouté Mahamadou Issoufou. Le président du Niger a poursuivi son propos pour féliciter le travail de son homologue au service de l’intégration des états au sein des organisation de la sous-région. En ce qui concerne l’économie et le développement de l’Afrique, Mahamadou Issoufou s’est réjoui de la ratification par 22 pays africains de l’entrée en vigueur de la zone de libres échanges continental. « Nous avons évoqué la question de l’intégration en rapport avec la zone de libre échange continental. Et nous nous réjouissons que les 22 ratifications nécessaires pour que l’accord de libre-échange entre en vigueur soient obtenues », a déclaré Mahamadou Issoufou. L’hôte du président ivoirien a cependant exhorté les états africains à aller au-delà de la zone de libre-échange continentale. « C’est bien d’avoir une zone de libre-échange continental, mais il faut avoir des choses à échanger », a précisé Mahamadou Issoufou avant de poursuivre son propos. « C’est pour cela qu’il faut qu’on développe les industries dans nos différents pays. On dit souvent que l’Afrique est riche de ses matières premières. Moi je dirais que l’Afrique est malheureusement pauvre de ses matières premières, parce que tant que ces matières premières ne sont pas transformées, on continuera malheureusement à être confronté aux problèmes de pauvreté et surtout au problème de sous-emploi de nos jeunes qui se livrent à la migration clandestine avec des risques de mort dans le Sahara ou en méditerranée. Tout cela peut être surmonté si nous arrivons à développer le continent à travers ces différents plans de l’agenda 2063 ». Mahamadou Issoufou a clôturé son discours par une note de remerciement à l'endroit de son homologue qui a œuvré à l’obtention par le Niger d’une place de membre non permanent au conseil de sécurité de l’ONU.