Armée ivoirienne: Un militaire arrêté et déféré, ce qu’on lui reproche

Un militaire perd son arme et est mis aux arrêts
Par David Yala
Publié le 26 juin 2019 à 18:30 | mis à jour le 26 juin 2019 à 18:30

Un militaire des Forces armées de Côte d’Ivoire, a été mis aux arrêts puis déféré devant les le tribunal militaire d’Abidjan (TMA).

Un militaire perd son arme et est mis aux arrêts

C. Issouf, militaire de 1ère classe, a été arrêté puis déféré devant le commissaire du gouvernement avant d’être écroué à la Maison d'Arrêt Militaire d'Abidjan (MAMA). Selon des sources proches du TMA, ce militaire n’aurait pas pris soin de son arme de dotation, ignorant sans doute les risques qu'il encourait. A en croire sa déclaration, le soldat dit avoir oublié son arme dans un taxi qu'il aurait emprunté à la fin de son service, déclarant que cela était dû à un état de grande fatigue.


Le chef du parquet militaire, le contre amiral Ange Kessi ne l'a pas suivi dans ces allégations. Pour le procureur militaire, l'arme de dotation devrait être "la prunelle des yeux" de chaque homme en tenue jouissant de ce droit. Ange Kessi qui plaide la tolérance zéro pour ce genre de comportement ‘’maladroit’’, a aussitôt agité la bâton contre ce soldat.

Une enquête a été ouverte, apprend afrique-sur7, et celle-ci permettra de savoir la vérité sur cette perte d’arme qui continue de susciter des interrogations. En attendant, ce militaire est aux arrêts, sur instruction du commissaire du gouvernement. Car c'est une infraction prévue et punie par l'article 467 du Code Pénal, confie une source au sein du Tribunal militaire. 
A préciser que ce n'est pas le premier cas de perte d'arme pour lequel le tribunal militaire est saisi. Et pour Ange Kessi, ‘’trop c'est trop car ces faits sont à prendre très au sérieux surtout que certains réseaux peu scrupuleux seraient bénéficiaires de ces pertes d'armes’’.


« L’ambition pour le Ministre d'État, ministre de la Défense et des autorités militaires, reste la même: assainir et restaurer la discipline dans les différentes unités de notre armée. Et cela le commissaire du gouvernement en fait une des priorités du tribunal militaire », confie une source auprès du TMA.