Côte d’Ivoire: Un Lieutenant-colonel condamné à 5 ans de prison ferme

Ange Kessi sans pitié pour le Lieutenant-colonel N’Guessan JL
Par David Yala
Publié le 11 juillet 2019 à 16:49 | mis à jour le 11 juillet 2019 à 16:49

Le Lieutenant-colonel N’Guessan JL et son complice le Mdl Ayewa iront méditer sur leurs sorts en prison après s’être constitués un réseau d’escrocs pour spolier aux honnêtes citoyens d’importantes sommes d’argent à hauteur de plus de 200 millions de nos francs CFA.

Ange Kessi sans pitié pour le Lieutenant-colonel N’Guessan JL

Selon le Tribunal militaire d’Abidjan (TMA), tout a commencé courant 2013 lorsque le sieur N’Guessan, Lieutenant-colonel, au moment des faits, était le chef de l’escadron des services d’honneur de la gendarmerie nationale. Avec ce titre, et selon lui, il a entrepris de réhabiliter les locaux de son unité et de la pourvoir en matériels roulants (motos). Une initiative visiblement noble et salutaire. Mais au lieu de s’atteler à exécuter ce projet, lui et son complice qui est également son chauffeur trouvent une occasion de s’enrichir.

Ils prennent attache avec des opérateurs économiques. Ceux-ci sont intéressés et décident de l’accompagner. Ils prennent à chacune des victimes d’importantes sommes d’argent comme caution en leur promettant une certaine part du marché du Programme Présidentiel d’Urgence, structure qui avait en charge de créer ou de remettre en fonction les infrastructures nationales au lendemain de la crise post-électorale.
En 2016, les ‘’partenaires’’ du Lieutenant-colonel N’Guessan ne voyant rien venir, portent plainte.

Ce dernier est arrêté et conduit devant le chef du parquet militaire. Le Commissaire du Gouvernement, Ange Bernard Kessi, dans son combat contre l’impunité au sein des armées, décide de faire la lumière sur ce dossier. Le procureur militaire ordonne son incarcération à la Maison d’arrêt et de correction militaire (MAMA).
Le procès s’est tenu le Mardi 09 Juillet 2019 à la salle d’audience du Tribunal Militaire d’Abidjan. Le délit d’escroquerie étant puni de 1 à 5 ans de prison ferme.

Vu la gravité des faits et eu égard à son titre et aux situations aggravantes, le tribunal militaire a prononcé la peine maximum : 5 ans de prison ferme assorti d’une amende de 3 millions pour le Lieutenant-colonel et son complice.
Il est à rappeler qu’en matière de délit (l’escroquerie est un délit), le Tribunal Militaire d’Abidjan ne prononce pas de dommages et intérêts. Une copie du jugement rendu sera remise aux victimes qui pourront intenter une action en dommages et intérêts devant les juridictions civiles contre le Lieutenant-colonel N’Guessan en vue de se faire rembourser.



Articles les plus lus