Eudoxie Yao menacée d'expulsion, une plainte contre elle à Paris

Eudoxie Yao  a chaud
Par Mael Espoir
Publié le 18 juillet 2019 à 20:32 | mis à jour le 18 juillet 2019 à 20:32

Arreté par la police après avoir été accusé par Eudoxie Yao d'agression, Monsieur Koné Ibrahim a été entendu ce jeudi, et les nouvelles ne sont pas bonnes pour Eudoxie Yao.

Koné Ibrahim a aussi porté plainte contre Eudoxie Yao

La Kimkardashian ivoirienne, Eudoxie Yao, est embarquée dans de beaux draps. Présentement en France pour une tournée européenne, la star ivoirienne des réseaux sociaux a affirmé, dans une vidéo diffusée sur internet, avoir été tabassée et défigurée par un certain monsieur Koné Ibrahim. Cette vidéo a enflammé les réseaux sociaux, et plusieurs artistes ivoiriens se sont indignés de voir un homme porter main à une femme.

La police s’étant chargée de cette affaire, l’agresseur d’Eudoxie Yao a été placé en garde à vue depuis ce mercredi et devrait être entendu ce jeudi. A en croire abidjanpeople, les choses semblent se compliquer pour Eudoxie Yao puisque le dénommé Koné Ibrahim, assisté de son avocat, a aussi porté plainte contre Eudoxie Yao. Il accuse la go bobaraba d’avoir volé son argent, en plus de l’avoir menacé avec un couteau et de s’être finalement blessée toute seule sans qu’il ne lui ait porté main. En plus de cette version, d’autres faits enfoncent Eudoxie Yao qui, rappelons le, a été la première à dire sur les réseaux sociaux ‘’le sang va couler’’.


Une situation à laquelle ne s’attendait certainement pas Eudoxie Yao dont le retour sur Abidjan est prévu ce samedi 20 Juillet. A moins de 24 heures de son retour au bercail, on s'interroge déjà sur la suite de cette affaire quand on sait qu’elle sera en situation irrégulière dans seulement deux jours. Selon abidjanpeople, il a été révélé qu’Eudoxie Yao avait l’intention de rester en France. A cet effet, elle aurait entamé des démarches afin de trouver un logement à Paris. Et quand on sait qu’en France, l’on est très strict en matière de loi, la bimbo ivoirienne risque de subir la rigueur de la loi française pour une affaire qui aurait pu se régler loin des réseaux sociaux.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp