Boulevard Nangui Abrogoua: Anne Ouloto va frapper fort

La ministre entame de nouvelles actions sur le boulevard Nangui Abrogoua

Le boulevard Nangui Abrogoua , une autre opération grand ménage ?
Par K. Richard Kouassi
Publié le 26 juillet 2019 à 17:58 | mis à jour le 26 juillet 2019 à 18:26

La question du boulevard Nangui Abrogoua préoccupe les autorités ivoiriennes. Malgré les actions menées par Anne Désirée Ouloto, la voie demeure toujours impraticable. La ministre Anne Désirée Ouloto n'entend pas baisser les bras et reste déterminée à poursuivre son action.

Boulevard Nangui Abrogoua, problème sans solution ?

Cela fait bien longtemps que le boulevard Nangui Abrogoua "défie" le gouvernement ivoirien. Le lundi 9 octobre 2017, à l'initiative d' Anne Désirée Ouloto, alors ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable, avait eu lieu une opération dite Grand ménage spécial sur ledit boulevard. "Maman Bulldozer" avait débarrassé la voie de tous les occupants illégaux. "Ce que nous avons découvert comme désordre, comme déchets en tout genre était inimaginable. Nous avons été surpris et choqués, mes collaborateurs et moi…Plus jamais, nous ne devons retrouver ce niveau d’insalubrité ici à Nangui Abrogoua", avait déclaré la ministre.

Elle aussi ajouté : "Nous sommes bien conscients que les commerçants ont besoin de sites et d’espaces pour vendre. Nous ne nous attaquons pas à leurs activités, mais nous ne voulons pas non plus que leurs activités nuisent à la santé des populations ivoiriennes."

Près de deux ans plus tard, le boulevard Nangui Abrogoua n'a toujours pas fière allure. Invitée de la tribune de l' AIP, le vendredi 26 juillet 2019, la ministre de l' Assainissement et de la Salubrité est revenue sur le sujet. "Le fond du problème d’ Adjamé, c’est l’homme. Ce même homme habite ailleurs et vient faire son activité à Adjamé. Les populations d’Adjamé sont demandeurs. Elles ne sont pas d’accord avec ce qui arrive. Dans quelques jours, vous nous verrez à Adjamé. Adjamé va suivre la dynamique nationale", a-t-elle indiqué.


À l'en croire, "il faut un vrai plan pour Adjamé". "Il y a un vrai problème. La mairie a déjà pris des initiatives. Son seul problème, c’est le nomadisme. À partir de 4 heures, la commune est envahie, le soir, elle se vide. Les autorités sont en réflexion et je salue l’avènement du ministère de la Ville et dans quelques jours, vous nous verrez de nouveau à Adjamé. Je ne désespère pas. Si je ne réussis pas aujourd’hui, je réussirai demain", a promis la ministre.




Articles les plus lus