Affaire "Ahoko": Ce que Antoinette Konan pense de Safarel Obiang

Safarel Obiang et Antoinette Konan
Par Mael Espoir
Publié le 20 septembre 2019 à 14:41 | mis à jour le 20 septembre 2019 à 14:41

La chanteuse ivoirienne, Antoinette Konan, qui a révélé l'instrument de musique, Ahoko, s'est exprimé sur le nouveau concept de Safarel Obiang qui porte de le nom de cet instrument.

Antoinette Konan s'adresse à Safarel Obiang relativement à l'Ahoko

Safarel Obiang est sous les feux des projecteurs depuis quelques jours. En effet, après avoir devoilé son nouveau concept denommé Ahoko, l'artiste a été critiqué sur la toile pour ''le caractère sexuel'' de son concept. Chose compréhensible car ''frapper Ahoko'' dans le jargon ivoirien communément appelé Nouchi signifie se masturber. De plus, l'artiste a même publié une vidéo demo dans laquelle on voit clairement des jeunes danseurs en pleine demonstration du Ahoko, simuler des pratiques de masturbation.

Vu les critiques dont il fait l'objet sur les réseaux sociaux, Safarel Obiang a fait une sortie fracassante sur sa page facebook jeudi après midi pour clarifier les choses. ''Ahoko est un instrument de musique qui a été mis en valeur par la maman Antoinette Konan. Cet instrument est utilisé en pays baoulé. Donc c'est un instrument ivoirien. Moi, je ne sais pas si Ahoko signifie masturbation. J'ai fait mon concept pour valoriser un instrument de musique ivoirien, mais les gens ont mal interprêté. Mais ce n'est pas ma faute'', a soutenu l'auteur du ''Goumouli''.


A la suite de Safarel Obiang, le promoteur de spectacle ivoirien, Souleymane Kamagaté a dévoilé la réaction de la talentueuse chanteuse baoulé, Antoinette Konan qui a révélé l'instrument de musique Ahoko en Côte d'Ivoire et à travers le monde. ''Mon fils Safarel, merci de défendre ce noble instrument qui se veut être une source de valeur pour la région du centre. Plus qu'un instrument, l'Ahoko est devenu un emblème national. Encore merci à toi et bravo de me rejoindre'', aurait-elle declaré dans une conversation téléphonique avec le promoteur de spectacle, Souleymane Kamagaté.



Facebook
Twitter
email
tel