Expulsée de la Côte d'Ivoire, Nathalie Yamb s'attaque à Ouattara

Les raisons de l'expulsion de Nathalie Yamb vers Zürich

Nathalie Yamb dans l'avion qui la ramène à Zürich
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 03 décembre 2019 à 15:58 | mis à jour le 03 décembre 2019 à 16:29

Nathalie Yamb a été expulsée manu militari après son audition à la Préfecture de police d'Abidjan. Les autorités sécuritaires ivoiriennes reviennent sur les raisons de cette décision prise à l'encontre de la militante de Lider.

Les raisons de l'expulsion de Nathalie Yamb vers Zürich

Convoquée par le Commissaire de Begromissa Alain Cauffmans, Chef de service des Enquêtes générales, le 29 novembre dernier, Nathalie Yamb s'est rendue, trois jours plus tard, à la Préfecture de police pour répondre à cette convocation. Accompagnée par Mamadou Koulibaly, Président de Liberté et démocratie pour la République (Lider) et d'une forte délégation, la Conseillère exécutive de ce parti d'opposition s'est vue sommée de quitter la Côte d'Ivoire immédiatement.

« Sous escorte policière et sans son avocat, Nathalie Yamb est conduite à l'aéroport pour y être expulsée », a lancé, dans un communiqué, Lider, avant d'ajouter : « C'est officiel, Nathalie Yamb a été mise dans un avion par les autorités ivoiriennes en direction de Zürich. » Mais que reproche-t-on exactement à l'étoile montante du panafricanisme pour lui infliger cette sanction radicale ? Cette réponse est donnée par le Ministère ivoirien de l'Intérieur, qui donne comme motif « activités incompatibles avec l'intérêt national ».

Notons qu'au Sommet Russie-Afrique des 23 et 24 octobre 2019, Nathalie Yamb avait dénoncé la Françafrique qui, selon elle, est la cause du malheur de l'Afrique francophone. Et depuis, la côte de popularité de cette jeune dame n'a cessé de monter. Ce qui lui a toutefois coûté d'être bannie sur Wikipédia et la restriction de l'une de ses pages Facebook. Son expulsion est assurément une suite logique de ses prises de position.


Même dans son avion qui l'envoyait à Zürich en Suisse, Nathalie Yamb ne lâche pas prise. « Expulsée vers la Suisse pour activités incompatibles avec l’intérêt national (...) Ils font leur travail. Nous faisons le nôtre. L’histoire nous donnera raison. La lutte continue », a-t-elle tweeté dans son avion qui la ramènait en Suisse.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp