Burkina Faso : Quatre terroristes neutralisés par l' armée

L'armée du Burkina Faso fait une grosse saisie
Par K. Richard Kouassi
Publié le 17 décembre 2019 à 13:19 | mis à jour le 17 décembre 2019 à 16:01

Au Burkina Faso, l'armée vient d'interpeler quatre terroristes le lundi 16 décembre 2019. L'information a été livrée par le directeur de la communication et des relations publiques des armées. On apprend aussi qu'un armement lourd, des munitions et des engins explosifs ont été saisis.

L'armée du Burkina Faso fait une grosse saisie

Dans un communiqué publié le lundi 16 décembre 2019, le directeur de la communication et des relations publiques des armées a annoncé qu'une "patrouille mixte du Groupement de forces pour la sécurisation du Nord (FFSIN) composé d’éléments des forces terrestres et de la gendarmerie, en mission de reconnaissance offensive" a mis la main sur quatre terroristes, après avoir découvert "une importante base logistique terroriste dans la localité de Belhouro (province du Soum) près de Arbinda". La note précise que des "munitions et des engins explosifs improvisés" et des motos sont tombés entre les mains de l'armée du Burkina Faso.

Moïse Miningou, le chef d'État-major général des armées, a exprimé toutes ses félicitations aux "unités pour cette action qui contribue à réduire les capacités opérationnelles des groupes armés terroristes". Il n'a pas manqué de leur réitérer sa confiance et de les inviter à poursuivre "la dynamique positive entamée".

On se rappelle qu'en novembre 2019, l'armée burkinabè avait neutralisé trente-deux terroristes dans le nord du pays au cours d'opérations militaires. "Cette opération a également permis de libérer plusieurs femmes qui étaient retenues par les terroristes et utilisées comme esclaves sexuelles", avait déclaré le chef d'État-major général des armées.


Le Burkina Faso est en proie aux attaques terroristes depuis plusieurs années. Ce pays est fréquemment la cible de groupes armés qui ont causé 700 morts et des milliers de déplacés depuis 2015. Il faut noter cependant que l'année 2019 est la plus meurtrière avec au moins 428 victimes, dont plus de la moitié (254) entre juin et début novembre", d'après "Ambassadeurs jeunes", un groupe de réflexion français.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp