Après le décès de Wattao, Yvidero frappée par un autre malheur

La comédienne Yvidero est actuellement inconsolable
Par Mael Espoir
Publié le 15 janvier 2020 à 18:13 | mis à jour le 15 janvier 2020 à 18:13

Alors qu'elle n'a pas encore digéré le décès du colonel-major, Issiaka Ouattara alias Wattao, la comédienne Yvidero vient de perdre un de ses proches collaborateurs.

La comédienne Yvidero est actuellement inconsolable

La talentueuse comédienne ivoirienne Yvidero vit un début d'année 2020 assez difficile. Elle qui n'a pas encore fait le deuil de la disparition du colonel major Issiaka Ouattara dit Wattao, vient de perdre un autre de ses proches dans des conditions tragiques. Il s'agit du dénommé Wilf Powodzenie, poignardé à son domicile.

Son corps sans vie n'a été retrouvé que dans la soirée du mardi 14 janvier 2020. Une triste fin qui plonge à nouveau la comédienne dans une profonde douleur. ''Ils m’ont arraché une partie de moi ce 14 janvier en m’annonçant l’assassinat de ma version masculine, mon Pitchou, Mon Étoile. Ils t’ont arraché à moi. BB, tu es où? Pourquoi ? Pourquoi tout ceci m’arrive. Qu’ai-je fait ? Quelle est cette épreuve Seigneur ?'' s'est attristée Yvidero.

Qui n'arrive pas à croire qu'elle vient de perdre là un des membres de son staff, avec qui elle préparait son "One man show" prévu pour le 14 février prochain à Sofitel Hôtel Ivoire d'Abidjan.

''Willy tu es où? Le 14 février, c’est dans un mois. Tu es le chef de la section accueil. Où es-tu ? C’est toi qui me console quand j’ai mal; c'est toi qui me fait rire quand je suis triste; c'est toi qui me prend dans tes bras quand je pleure; jamais un jour ne passe sans qu’on ne se parle'', a-t-elle témoigné. Très touchée par cet énième décès d'un de ses proches en moins d'un mois, Yvidero rappelle les derniers instants passés avec le disparu.


''Après notre copieux repas du dimanche, tu pars sans revenir. Il a fallu que j’alerte tout le monde pour qu’on découvre ton corps sans vie chez toi. Willy, viens pardon. Viens! On doit vendre les tickets. Seigneur, je pleure toutes les larmes de mon corps. Perdre deux personnes aussi chères en moins d’une semaine, je ne peux pas supporter ça. Tu voulais que ce spectacle soit l’apothéose. Je ne sais pas comment je ferai mais je ferai tout pour que ta dernière volonté soit respectée'', promet Yvidero.