Bientôt la paix entre Ouattara et Soro ? Un proche de l'ex-PAN dit tout

Ouattara et Soro vont-ils se réconcilier ?
Par K. Richard Kouassi
Publié le 14 février 2020 à 15:51 | mis à jour le 14 février 2020 à 16:44

Les relations entre Alassane Ouattara et Guillaume Kigbafori Soro ne sont plus au beau fixe. Et pourtant, les deux hommes ont été très liés. L'actuel président ivoirien et son ancien Premier ministre sont entrés en conflit suite à des divergences d'opinions. La situation a même conduit le député de Ferké à quitter ses fonctions de patron de l'Assemblée nationale ivoirienne le 8 février 2019. Un an plus tard, les relations entre le "père" et le "fils" sont-elles sur le point de se normaliser ?

Ouattara et Soro vont-ils se réconcilier ?

C'est la guerre ouverte entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Le chef de file du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) reproche à son ex-ministre de la Défense de n'avoir pas voulu intégrer ce nouveau parti politique censé regrouper tous les enfants du premier président de la République de Côte d'Ivoire.

Pour la première fois, ce 8 février 2019, un président de l'Assemblée nationale démissionnait de son poste. Cela a provoqué une grosse division au sein de la famille des houphouëtistes. Des cadres proches de Guillaume Soro ont jugé qu'Alassane Ouattara venait de trahir leur leader, qui selon eux, s'est pourtant sacrifié pour l'accession au pouvoir du Rassemblement des républicains (RDR) en 2010. Ils ont fait le choix de suivre l'ancien chef rebelle dont l'objectif est désormais de conquérir le pouvoir d'État.

Au fil du temps, le fossé entre le chef de l'État et son "fils" s'agrandit. Moins d'un an avant la présidentielle, les choses se sont d'ailleurs compliquées. Guillaume Soro vit en exil en France; Alassane Ouattara l'accuse d'avoir tenté de déstabiliser son régime. Un mandat d'arrêt international a été lancé contre le président de Générations et peuples solidaires (GPS); quelques-uns de ses proches sont emprisonnés.

Est-il possible que Ouattara et son ancien protégé fument le calumet de la paix ? Sur la question, El Hadj Mamadou Traoré, proche du natif de Kofiplé, donne son avis à travers une publication sur sa page Facebook. El Hadj Mamadou Traoré qui réagissait à une information selon laquelle la députée Célestine Tazéré tenterait de rapprocher le président ivoirien et le patron des soroistes, a laissé entendre que quoique "très frustrés et très en colère suite aux harcèlements et persécutions" subis par les partisans de Guillaume Soro, il demeure convaincu que les sentiers seront aplanis.

"Dans cette situation de guerre tendue entre nos deux camps, sois convaincue ma soeur, que toute démarche allant dans le sens contraire de la belligérance peut-être considérée par, d'une part, les soroistes comme une trahison et d'autre part, par les clients du Restaurant comme un appel de pied envers eux et comme une arme pour abattre Guillaume Soro", a écrit l'ex-directeur général de l'INFS (Institut national de formation sociale). Il a aussi précisé que "ce n'est pas facile d'aller vers la paix quand les positions sont si tranchées".


Poursuivant, ce soroiste convaincu a ajouté : "Si j'avais moi moi-même la possibilité de concilier les positions, je l'aurais fait car j'avoue que la tension actuelle entre mon mentor et celui qui fut hier notre mentor me fatigue et me fait honte, car aujourd'hui nos adversaires d'hier se moquent bien de nous. Ils disent que c'est bien fait pour nous les soroistes qui avons soutenu le chef de l'État contre Laurent Gbagbo".




Articles les plus lus