Guillaume Soro menace Ouattara : "Non au 3e mandat ! "

Guillaume Soro met Alassane Ouattara en garde
Par K. Richard Kouassi
Publié le 13 août 2020 à 13:14 | mis à jour le 13 août 2020 à 14:01

Guillaume Soro s'est encore prononcé sur l'affaire du 3e mandat d'Alassane Ouattara, son ancien mentor. Le président du mouvement politique Générations et peuples solidaires (GPS), en exil en France, a ouvertement affiché son opposition à la candidature du patron du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Il soutient que le président de la République viole la Constitution en voulant briguer un autre mandat.

Guillaume Soro met Alassane Ouattara en garde

Finalement, Alassane Ouattara est en lice pour un 3e mandat. Le chef de l'Etat n'a pas pu dire "non" à ses partisans qui lui demandaient de redescendre dans l'arène politique après le décès d'Amadou Gon Coulibaly. Lors du bureau politique du 29 juillet 2020, Adama Bictogo et les siens ont sollicité la candidature de leur mentor.

Celui-ci avait souhaité un moment de recueillement et de réflexion avant de se prononcer. La décision du chef de file du RHDP a provoqué une onde de choc dans le camp des opposants ivoiriens.

Henri Konan Bédié n'a pas manqué de faire savoir que son ancien allié foule aux pieds la Constitution ivoirienne en voulant se porter candidat.

"Il faut pour cela interroger la Constitution, la loi fondamentale qui régit la Côte d'Ivoire. En son article 55, c'est la limitation des mandats. Il n'y a pas de 3e mandat en Côte d'Ivoire. Or Alassane Ouattara, depuis qu'il a accédé au pouvoir, a fait ses deux mandats. Par conséquent, il n'a pas droit à un 3è mandat", a affirmé le président du PDCI (Parti démocratique de Côte d'Ivoire).

Exilé en France, Guillaume Soro se dresse contre le projet de Ouattara de demeurer au Palais présidentiel au soir du 31 octobre 2020.


"Il n'y a pas d'interprétation possible. C'est une forfaiture. Il est clairement écrit qu'on ne peut se présenter une troisième fois. D'ailleurs, il n'a cessé de répéter au cours du mois de mars dernier (propos validés par ses juristes) qu'il n'était pas autorisé à faire un troisième mandat. C'est clairement une atteinte à l'indépendance de la Côte d'Ivoire", avait confié le député de Ferké au JDD.

Jeudi 13 août 2020, Guillaume Soro a encore sorti les griffes contre son "père". "Force au Peuple de Côte d’Ivoire. Non au viol de la Constitution. Non au 3e mandat. Victoire au Peuple", a-t-il écrit sur son compte Twitter.




Articles les plus lus