3e Mandat : Affi N'Guessan écrit à Macron avant sa rencontre avec ADO

Rencontre Ouattara - Macron, Affi N'Guessan en trouble-fête
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 02 septembre 2020 à 09:38 | mis à jour le 02 septembre 2020 à 10:39

En séjour en France depuis près d'une semaine, Alassane Ouattara sera reçu en audience par Emmanuel Macron, ce jeudi 3 septembre. Mais avant cette rencontre, Pascal Affi N'Guessan, candidat à l'élection présidentielle de 2020, à travers une lettre ouverte, a tenu à présenter au président français les dangers que représente la candidature de son homologue ivoirien pour un mandat supplémentaire en Côte d'Ivoire.

Rencontre Ouattara - Macron, Affi N'Guessan en trouble-fête

Monsieur le président de la République française,

Vous recevrez ce jeudi Alassane Ouattara au Palais de l’Élysée. Il est encore le chef de l’État de la République de Côte d’Ivoire, mais il n’est déjà plus exclusivement cela. Depuis le 29 juillet, il est surtout candidat déclaré à sa propre succession. Jeudi, vous recevrez le candidat … Candidat et en réalité inéligible !

Cette candidature intervient en effet en violation de la loi fondamentale de la IIIe République, dont il est le garant. Elle contredit également son engagement de ne pas concourir pour un troisième mandat, exprimé solennellement devant la représentation nationale réunie en congrès le 5 mars dernier à Yamoussoukro. À l’époque, vous aviez chaudement salué « cette décision historique d’un homme de parole et d’honneur ». À l’époque, vous vous réjouissiez de voir la Côte d’Ivoire « donner l’exemple ».

Cinq mois plus tard, le masque de la respectabilité est tombé et l’imposture démocratique se dévoile à la face du monde. Le régime montre son vrai visage d’autoritarisme et d’exclusion. L’exclusion frappe des Ivoiriens illustres privés de passeport, radiés de la liste électorale, à l’image de Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé, pourtant acquittés par la justice internationale, mais aussi de Guillaume Soro. Des premières violences ont éclaté, images de deuil et de désolation. Les manifestations pacifiques sont réprimées dans le sang. La tribalisation des cœurs et des esprits, patiemment insufflée depuis neuf ans sous couvert de rattrapage, se traduit par des combats à l’arme blanche entre jeunes gens issus d’ethnies différentes, tous enfants de la même Côte d’Ivoire.

Pourtant, ce jeudi, Alassane Ouattara vient vous demander sinon votre soutien à sa forfaiture, du moins une bienveillante neutralité. Il est en réalité porteur d’un seul message : lui seul serait le garant d’une certaine forme de stabilité de la Côte d’Ivoire dans une sous-région profondément ébranlée par le terrorisme.

Cette argumentation ne résiste pas à l’analyse. Elle ne résiste pas à l’analyse parce que le président sortant n’envisage pas de perdre. Or, chacun pressent qu’une victoire entachée d’irrégularités se traduirait par une crise post-électorale aux conséquences terriblement meurtrières. Au-delà de la Côte d’Ivoire une nouvelle fois blessée, les répercussions s’étendraient à toute la sous-région.

Elle ne résiste pas à l’analyse parce que la stabilité se nourrit de réconciliation, d’inclusion et de développement. La stabilité implique une unité nationale qui se construit dans une dynamique d’apaisement. Source de conflits, cette candidature représente tout l’inverse : l’attisement des contradictions, l’exacerbation des rancœurs et la menace de nouveaux affrontements entre les enfants de Côte d’Ivoire.

Monsieur le Président, votre silence est, vous ne l’ignorez pas, diversement interprété dans mon pays. Il est commenté en raison de mots laudateurs que vous aviez prononcés. Il est analysé, car il autorise toutes les supputations : celle de l’indifférence, du laisser-faire, de l’embarras et finalement de l’impuissance de la communauté internationale.

Votre parole est, a contrario, très attendue. En ne cautionnant pas ce coup de force institutionnel, en exigeant des élections transparentes et inclusives, vous serez fidèle aux valeurs démocratiques issues des Lumières dont la France est porteuse. Vous afficherez aussi la volonté forte de donner un nouveau souffle à cette relation si particulière entre nos deux États. Soixante ans après notre indépendance, le refus de ce coup d’État institutionnel serait le marqueur puissant, à la fois d’une rupture et d’un nouveau départ. Votre silence est interprété, votre parole peut être décisive.


Pascal Affi N’Guessan

Ancien Premier Ministre

Candidat du FPI à l’élection présidentielle




Articles les plus lus