Mali : Le colonel-major Bah N'daw a prêté serment, vendredi

Le colonel-major Bah N'daw s'installe officiellement à la tête du Mali
Par K. Richard Kouassi
Publié le 25 septembre 2020 à 20:37 | mis à jour le 26 septembre 2020 à 10:02

Au Mali, le colonel-major Bah N'daw a prêté serment le vendredi 25 septembre 2020. Le président de la transition malienne, ainsi que son vice-président, le colonel Assimi Goïta, était en présence de la Cour suprême à Bamako.

Le colonel-major Bah N'daw s'installe officiellement à la tête du Mali

C'est ce vendredi 25 septembre 2020 que le colonel-major à la retraite, Bah N'daw, désigné président de la transition au Mali, a prêté serment devant la Cour suprême. "Je ne peux pas promettre zéro corruption, mais je ferai tout pour que l'impunité zéro soit la norme. L'argent public est sacré", a confié le nouveau président malien.

Il a aussi saisi l'occasion pour rendre hommage à la junte militaire pour son patriotisme et son esprit de discernement. "Je voudrais ensuite saluer le Conseil National pour le Salut du Peuple pour son esprit patriotique, son sens du discernement et sa capacité d’écoute. L’investiture de son Président le Colonel Assimi Goita en tant que vice- président de la Transition en porte témoignage.

L’action du CNSP du 18 août, tout le monde en convient, est la conséquence de la très grave crise sociopolitique qui a paralysé la vie de la Nation des mois durant. Au collège qui a porté son choix sur ma modeste personne pour présider cette transition, j’exprime toute ma gratitude. Je suis honoré par son geste et je voudrais lui dire ici que je me battrai de toutes mes forces pour mériter sa confiance", a déclaré le nouveau dirigeant du Mali.

Le colonel Bah N'daw s'est également engagé à combattre "sans concession les scrutins aux coûts astronomiques, la fraude électorale, l’achat de voix, l’incursion de l’administration dans le processus électoral, la perversion des résultats pour les Cours d’arbitrage".


Cependant, la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) affirme qu'elle maintient ses sanctions jusqu'à la nomination d'un nouveau Premier ministre, comme l'a indiqué Jean Claude Brou Kouassi, le président du groupe.




Articles les plus lus