Culotte à l’aéroport de Ouaga: Voici ce que risquait Eunice Zunon

Culotte à l’aéroport de Ouaga: Voici ce que risquait Eunice Zunon
Par Mael Espoir
Publié le 26 septembre 2020 à 20:09 | mis à jour le 26 septembre 2020 à 20:09

Ayant enfilé une culotte un peu trop courte pour se rendre à l’aéroport de Ouagadougou, la web comédienne ivoirienne, Eunice Zunon, a involontairement foulé au pied la législation burkinabé.

Affaire Eunice Zunon: "Le port de la minijupe et de la mini robe est interdit sur tout le territoire du Burkina Faso"

Partie au Burkina Faso pour prendre part à l'anniversaire de l'icône du Couper-décaler au pays des hommes intègres, Imilo le chanceux, la jeune et belle comédienne ivoirienne, Eunice Zunon, a vécu une mésaventure à l'aéroport de Ouagadougou lorsqu'elle rentrait sur Abidjan. A peine rentrée au bercail, elle a publié une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été violentée par des policiers qui lui reprochaient d'avoir enfilé une culotte un peu trop courte.

Quoique cette information livrée par la comédienne, a suscité de chaudes discussions entre internautes burkinabé et ivoiriens, force est de constater que les forces de l’ordre burkinabé étaient pleinement dans leur droit de réprimander la belle Eunice Zunon car la loi burkinabé interdit formellement le port de tenues jugées obscènes.


De plus, toute violation de ce principe est même punie par la loi burkinabé. ‘’Le port de la minijupe et de la mini robe est interdit sur tout le territoire du Burkina Faso aux personnes du sexe féminin âgées de plus de 12 ans. Cette interdiction n’est toutefois pas applicable aux abords immédiats des piscines et terrains de sport. Sont considérés comme minijupes et mini robes les vêtements féminins découvrant la jambe à plus de 8 centimètres au-dessus du sommet du genou. Le port des tenues de sport ou de danse répondant aux caractéristiques indiquées à l’alinéa ci-dessus est autorisé aux lieux où s’exerce la pratique du sport considéré ou de la danse ainsi que sur le trajet effectué pour s’y rendre. Les infractions au présent arrêté sont assimilées aux contraventions de 3ème classe qui sont passibles à des peines pécuniaires (amendes ) pouvant aller de 30.001 Francs CFA à 50.000 Francs CFA‘’, stipule la législation burkinabé, en l’Arrêté N°153 du 27 mai 1970 interdisant le port de la minijupe et de la mini robe sur tout le territoire du Burkina Faso aux personnes de sexe féminin âgées de plus de 12 ans.




Articles les plus lus