Présidentielle 2020 : Ouattara réduit de moitié les Bureaux de vote

Réduction de bureaux de vote par Ouattara
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 26 octobre 2020 à 15:58 | mis à jour le 26 octobre 2020 à 17:00

À moins d’une semaine du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020, Alassane Ouattara a annoncé une décision capitale selon une information relayée par le confrère Linfodrome. Il s’agit de la réduction de bureaux de vote de plus de la moitié.

Réduction de bureaux de vote par Ouattara, pour une sécurisation du scrutin ?

Lors du débat contradictoire d’entre deux tours opposant Laurent Gbagbo à Alassane Ouattara, à la présidentielle de 2010, le président d’alors avait subitement annoncé un couvre-feu. Son adversaire, surpris, s’était exclamé : « Mon frère Laurent, tu mets un couvre-feu sans m’en parler alors que nous sommes tous deux candidats ? » La suite de ce scrutin, on la connaît. Une crise postélectorale qui a fait plus de 3 000 morts selon le bilan officiel.

Comparaison n’est certes pas raison, mais une autre décision présidentielle vient d’être prise et mérite qu’on y prête attention. Le Président Ouattara a en effet donné cette information selon le confrère à « Le Journal du Dimanche (JDD) », dimanche 25 octobre 2020. Il s’agit de la réduction du nombre de bureaux de vote, qui passe de 22 000 à 10 000 soit plus de la moitié du nombre initialement retenu par la Commission électorale indépendante (CEI).

À noter que l’opposition ivoirienne a lancé un mot d’ordre de désobéissance civile et de boycott actif pour amener les autorités ivoiriennes à reporter l’élection présidentielle de 2020. Mais jusque-là, ces opposants ont buté sur l’intransigeance du pouvoir d’Abidjan, qui entend tenir le calendrier constitutionnel. Plus de 30 000 agents des forces de défense et de sécurité (FDS) ont d’ailleurs été déployés pour la sécurisation de ce scrutin.


Qu’il s’agisse d’une décision tendant à sécuriser le déroulement du scrutin ou à contenir l’opposition dans sa fronde contre le pouvoir, il n’en demeure pas moins qu’à une semaine de l’élection, elle pourrait quelque peu perturber le planning des électeurs qui voudront bien se rendre aux urnes, le samedi 31 octobre, pour se choisir leur nouveau Président de la République. À moins que les dispositions idoines aient été prises pour faciliter les nouvelles orientations.




Articles les plus lus