Monique Séka crache ses vérités aux dirigeants, ce qui s'est passé

Monique Séka: ''Je veux être honorée de mon vivant
Par Mael Espoir
Publié le 16 janvier 2021 à 13:28 | mis à jour le 16 janvier 2021 à 13:28

La chanteuse ivoirienne Monique Séka n'est pas contente des autorités ivoiriennes. La raison.

Monique Séka: ''Je veux être honorée de mon vivant"

La chanteuse Monique Séka, connue pour son timbre de voix exceptionnel, est aussi une diva de la musique ivoirienne. Ayant débuté en tant que choriste dans l’orchestre de la RTI (Radio Télévision Ivoirienne), elle s'est très rapidement démarquée grâce à sa musique alliant zouk et rythmes africains. Elle a même été surnommée ''la reine de la musique Afro-zouk''.

Monique Séka a fait les beaux jours de la musique ivoirienne entre les années 1985 et 2000, grâce à des titres inédits tels que ''Tantie Affoué'', '' Missounwa'', "Okaman", Adéba, Yélélé et bien d’autres titres.

Cependant force est de constater qu'en dépit de ce succès retentissant, Monique Séka n'a jamais reçu de distinction des autorités ivoiriennes. Chose qu'elle considère comme une injustice.

''J’ai servi mon pays et je continue de le servir. Ambassadrice de la musique ivoirienne, j’ai fait les 4 coins du monde où j’ai honoré le drapeau de la Côte d’Ivoire. Il faut que l'État de mon pays pense à moi. Jusqu’aujourd’hui, avec bientôt 35 ans de carrière, je n’ai reçu aucune distinction, aucun prix, ni une médaille, venant d’aucun régime de la Côte d’Ivoire. Ou bien on attend le jour de ma mort pour me distinguer ? Je veux être honorée de mon vivant», a déclaré à Vibe Radio, visiblement exaspérée, l’inspiratrice de la chanson: «900 kilos d’amour».


«Je ne suis pas en train de quémander. J’estime que je mérite cet honneur après 35 ans d’une riche carrière. Je dis à l'État de mon pays que je suis là aussi. Les gens reçoivent des célébrités musicales venues de l’extérieur, pendant ce temps, moi la Reine de l’Afro-Zouk je suis oubliée, ignorée dans mon pays. Ces derniers, ces artistes étrangers ont fait quoi de plus que moi dans la musique», déplore la Diva Monique Séka.






Articles les plus lus