Côte d'Ivoire: Laurent Gbagbo parlera une troisième fois à La Haye

Laurent Gbagbo, l’ancien président ivoirien à la CPI
Par David Yavo
Publié le 02 février 2018 à 00:41 | mis à jour le 02 février 2018 à 07:47

Incarcéré à La Haye depuis 2011 et jugé pour crime contre l’humanité, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo ne s’est exprimé qu’à deux occasions. Pour les prochaines audiences qui devraient reprendre après la deuxième partie du mois de février, les avocats de Laurent Gbagbo auraient déposé une requête et eu gain de cause pour que leur client s’exprime pour une troisième fois.

Laurent Gbagbo s'exprime pour la troisième fois depuis La Haye

Depuis l’entame du procès de Laurent Gbagbo et de son ancien ministre Charles Blé Goudé, 82e témoins de l’accusation sont passés à la barre. Mais pour les prochaines audiences, des témoins du président Laurent Gbagbo devraient déposer pour démonter la thèse de « plan commun » qu’il aurait mis en place avec Charles Blé Goudé pour soi-disant décimer les populations originaires du nord de la Côte d’Ivoire. Il faut juste noter que cette région est celle de sa deuxième épouse Nadine Bamba et de bon nombre de ses très proches collaborateurs, voir de ses amis intimes.

Avant le passage de cette deuxième vague de témoins, les avocats de la défense auraient demandé et obtenu que leur client s’exprime pendant une journée d’audience dans un premier temps.

Selon des indiscrétions, les témoins de la défense réservent d’énormes surprises à la barre. Mais de quelles surprises s’agira-t-il? Rappelons que l’une des principales causes de l’incarcération de Laurent Gbagbo est qu'il aurait autorisé le lancement d’obus qui aurait tué 7 femmes à Abobo. À ce jour, l’accusation n’a encore prouvé ces allégations. Des témoignages de spécialistes passés à la barre et censés confirmer cette thèse ont même fait avaler des couleuvres à la Procureur Bensouda et son équipe...

Dans ce procès qui fait couler beaucoup d’ancre et de salives, si les juges n’ont pas encore tranché, certains observateurs et leaders internationaux ne voient qu’une libération du président Gbagbo face à la légèreté des arguments du procureur. Le pouvoir d’Abidjan lui continue de vouloir l’éclatement de la vérité quand dans le même temps il refuse de livrer à la CPI les chefs de guerres ayant combattus pour sa cause lors de cette crise.

Une autre rumeur révèle que lors de la dernière visite du président français Emmanuel Macron, il aurait proposé au président Alassane Ouattara de signer un document visant à entamer une produire de négociation en vue de la libération de l’ex-président ivoirien. Ce qu’aurait refusé le chef du pouvoir d’Abidjan, toujours selon ces rumeurs.

Toutefois, le plus célèbre prisonnier de La Haye reste déterminé à aller jusqu’au bout de la procédure. Dans son éventuelle adresse à la cour, une chose est plus qu’évidente, Laurent Gbagbo expliquera une nouvelle fois la crise ivoirienne avec au passage un balayage des accusations portées contre lui par de rares témoins du Procureur.