Mali: Désarmement et intégration des ex-rebelles, le 5 novembre

Désarmement et intégration des ex-rebelles annoncés

Le désarmement des ex-rebelles maliens, ainsi que leur intégration dans les Forces armées maliennes (Fama) est prévu du 05 au 30 novembre, a déclaré le coordonnateur du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), Idriss Coulibaly, lors d’une tournée de sensibilisation à Gao, dans le Nord-Est.

L'intégration des ex-rebelles maliens annoncée pour le mois de novembre

"A partir du 05 novembre, jusqu’au 30 (du même mois), nous allons procéder directement à l’intégration dans les Forces de défense et de sécurité (FDS) du Mali, des personnels déjà présents au sein des trois bataillons du MOC", a affirmé le commandant Idriss Coulibaly, précisant que cette intégration sera sélective.

"Ceux qui sont volontaires et aptes pour intégrer les FAMA iront dans les FAMA, ceux qui sont volontaires mais inaptes, ou ceux qui ne sont pas militaire, seront orientés dans des fonctions civiles, ou bénéficier d’un pécule pour s’adonner à des activités génératrices de revenus", a expliqué le coordonnateur du MOC.

Relativement à l’attribution des grades, le commandant Idriss Coulibaly a fait savoir que "cette question relève du domaine du politique et n’a pas encore tranchée. Elle est toujours à l’étude, dans la mesure où le tableau des effectifs (quota d’ex-rebelles à intégrer et à grader) n’a pas encore été défini" par les autorités en charge de la question.

Après le coup d’Etat de 2012 au Mali, des groupes armés ont occupé les régions Nord du pays où ils régnaient en maître jusqu’au déploiement en 2013 des troupes françaises et onusiennes qui ont contraints certains rebelles à aller à la table des négociations.

Du coup, à Bamako, les autorités maliennes fondent beaucoup d’espoir dans ce processus de Désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR) des ex-combattants dans l’armée régulière, car cela pourrait permettre selon elles "de booster la mise en œuvre de l’accord de paix" de 2014, issus du processus d’Alger.