Guinée : Avant la Présidentielle 2020, Sidya Touré lâche Alpha Condé

Sidya Touré n'est plus le Haut représentant du chef de l'Etat depuis ce mardi 11 novembre 2018. Le président de l'UFR dit avoir pris cette décision

Sidya Touré n'est plus le Haut représentant du chef de l'Etat depuis ce mardi 11 novembre 2018. Le président de l'UFR dit avoir pris cette décision au motif que le Président Alpha Condé ne tient nullement pas compte de ses propositions.

Sidya Touré engage la lutte contre Alpha Condé

Sidya Touré s'était rapproché d'Alpha Condé au lendemain de la réélection de ce dernier en 2016, pour dit-il, l'aider à mettre en œuvre son programme de gouvernement pour les cinq années à venir. Le président de l'Union des forces républicaines (UFR) avait d'ailleurs snobé ses camarades de l'opposition en les invitant à se rallier au camp présidentiel.

Cependant, après un peu plus de trois ans de collaboration, l'opposant vient de démissionner de son poste de Haut représentant du chef de l'Etat. Ainsi qu'il l'a indiqué sur son compte Twitter : « Mon titre de Haut Représentant ne me permet pas de jouer ce rôle. J’ai donc décidé de démissionner de ce poste dès aujourd’hui. »

Justifiant sa décision, Sidya Touré ajoute : « Notre pays est confronté à des crises multiples. Cette situation nous interpelle en tant que leader politique pour proposer des solutions qui redonnent espoir à notre peuple. »

Les choses se sont en effet gâtées entre le Président guinéen et l'ex-directeur de cabinet d'Alassane Ouattara alors Premier ministre (1990-1993) par le fait qu' « aucune des propositions que nous avons faites, ces trois dernières années, au président Alpha Condé n'a abouti », justifie Monsieur Touré. « Je ne vois pas pourquoi j'aurais continué à faire semblant de cautionner cela », a-t-il poursuivi.

Notons toutefois que l'élection présidentielle guinéenne est prévue pour 2020. Aussi, le spectre d'un troisième mandat du Président Alpha Condé fait monter des tensions entre pouvoir et opposition ces derniers temps. La démission de l'opposant pourrait également s'analyser sous cet angle, car en tant que « leader politique », il entend donc « proposer des solutions qui redonnent espoir au peuple ». Cela s'apparente à n'en point douter à l'annonce de sa candidature aux prochaines joutes électorales.