Côte d'Ivoire : Me Dry Claver exige l'installation du Maire Ehouo Jacques

Ehouo Jacques, le nouveau Maire du Plateau
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 02 janvier 2019 à 19:11 | mis à jour le 02 janvier 2019 à 19:13

Ehouo Jacques n'a jusque-là pas encore été investi en tant que nouveau Maire de la commune du Plateau. Ses avocats, Me Dry Claver et Me Tompieu, estiment que la mise sous administration de cette commune est totalement illégale.

Me Dry Claver prend la défense d'Ehouo Jacques

Le candidat du PDCI, Ehouo Jacques, était venu à bout de celui du RHDP unifié, Fabrice Sawegnon, lors des élections municipales du 13 octobre dernier dans la commune du Plateau. Cependant, à la veille de l'installation du nouveau Maire de cette commune administrative, un incendie avait ravagé une partie des locaux abritant les archives. Le Maire intérimaire, Yapi Jacques, avait par ailleurs déposé une plainte contre le successeur de Noël Akossi Bendjo, pour détournement de deniers publics. La cérémonie d'installation avait par conséquent été ajournée.

Mais dans l'attente de sa prise de fonction effective, Jacques Ehouo vient d'être convoqué par la police économique pour ce jeudi 03 janvier afin d'être interrogé sur sa responsabilité présumé dans les malversations supposées portant sur la somme de 6 milliards FCFA à la Mairie du Plateau.

Me Dry Claver et Me Messan Tompieu, les avocats du Député-Maire du Plateau sont montés au créneau pour dénoncer ce qu'ils qualifient de complot. « Pourquoi M. Ehouo Jacques et son conseil ne sont pas installés à l'instar des autres conseils municipaux et régionaux du pays? », s'est indigné Me Dry Claver. Et son confrère Me Messan Tompieu d'enfoncer le clou : « S'il est vrai que les mandats des anciens conseils ont expiré, il est encore plus vrai que les populations du Plateau ont renouvelé leur conseil en portant le député Ehouo Jacques à la tête de la commune. Cette mesure n'est ni légale ni opportune. »


A noter que la Mairie du Plateau a été placée sous l'administration d'une délégation spéciale présidée par le Préfet d'Abidjan par le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité.