CPI : Vers un retour de Charles Blé Goudé en Côte d’Ivoire ?

Charles Blé Goudé en route pour Abidjan, en Côte d'Ivoire
Par Patrice Dama
Publié le 06 février 2019 à 08:00 | mis à jour le 06 février 2019 à 08:00

Charles Blé Goudé, l’ancien codétenu de Laurent Gbagbo par la CPI à la prison de Schevengen, voudrait rentrer en Côte d’Ivoire, son pays. L’homme politique de 47 ans sorti de prison, mais pas complètement libre de ses mouvements, envisagerait cette issue consécutivement aux refus de certains états européens de l’accueillir sur leur sol.

Charles Blé Goudé peut-il vraiment rentrer en Côte d'Ivoire ?

Accusés d’avoir commis de graves crimes de masse, crimes contre l’humanité, le ministre Charles Blé Goudé et son ancien patron Laurent Gbagbo ont été acquittés par les juges en charge de leur procès. Cependant, la Procureur Fatou Bensouda a fait appel de cette décision, ce qui avait suspendu la libération des deux hommes. Bien que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé aient été déboutés par les mêmes juges, la Gambienne Fatou Bensouda et ses collaborateurs ont saisi la chambre d’appel de la cour pénale internationale qui leur a donné satisfaction en ce qu’elle a réduit les libertés des deux anciens détenus le temps pour les juges de motiver leur décision d’acquittement.

Cette chambre a laissé sortir de prison Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo sous certaines conditions. Elle les oblige notamment à résider dans un pays qui donnera l’assurance de les remettre à la disposition de la CPI si cela s’avérait nécessaire.

La Côte d’Ivoire avait été écartée de la liste des pays pouvant accueillir Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo à cause de la décision de son Président Alassane Ouattara de ne plus transférer aucun de ses compatriotes devant cette institution. Le chef de l’État ivoirien estime que la justice de son pays est désormais en capacité de juger tous les crimes commis sur son sol.

Laurent Gbagbo, grâce à sa seconde épouse qui réside en Belgique avec leur enfant, a été accepté par ce pays, mais pas son ministre Charles Blé Goudé qui poursuit encore les tractations avec des pays européens pour son accueil. La manoeuvre s’avère cependant compliquée pour l’ancien leader patriotique qui ne fait pour l’heure qu’essuyer des refus.

Outre la Belgique qui refuse de le recevoir, l’Argentine est l’autre pays qui aurait pu accueillir l’Ivoirien parce qu’en accord avec la cour pour recevoir des détenus en liberté conditionnelle. Blé Goudé ne serait pas très intéressé par cette destination. Dès lors, il envisage un retour en Côte d’Ivoire, ce qui pourrait l’amener à négocier la question avec les autorités ivoiriennes qui devront donner la garantie de le présenter à la CPI si celle-ci venait à le réclamer à nouveau.

Abidjan, selon nos informations, n’est pas forcement fermé à l’idée, mais exigera des garanties de Charles Blé Goudé. Les autorités ne veulent nullement perturber la quiétude des Ivoiriens qui ont renoué avec la paix depuis la fin de la crise de 2011. Le Président Alassane Ouattara ne manque d’ailleurs aucune occasion de rappeler qu’il ne permettra à personne de mettre en péril la paix qu’il a construite ces dernières années. L’ancien ministre de Laurent Gbagbo, pour son retour en Côte d’Ivoire, devra donc se plier à certaines conditions.

Rien ne dit cependant que la CPI acceptera aussi une candidature de la Côte d’Ivoire pour accueillir Charles Blé Goudé à cause de la décision de ce pays qui refuse toujours de lui livrer Simone Gbagbo, la première épouse de Laurent Gbagbo qu’elle accuse aussi d’avoir commis des crimes lors de la crise de 2011.


L’ancienne Première Dame de Côte d’Ivoire a pourtant été acquittée pour ces faits en Côte d’Ivoire, mais la CPI qui n’est pas au-dessus de la justice ivoirienne continue de la réclamer.

Les avocats de Charles Blé envisageraient l’éventualité de négocier son retour au pays avec les autorités ivoiriennes qui ne donneront leur Go que si elles ont l’assurance qu’il s’inscrira bien dans une démarche de paix et de rassemblement des Ivoiriens.