La situation sécuritaire au nord et au centre du Mali demeure toujours inquiétante. Un véhicule de gendarmes a sauté sur un engin explosif, ce mardi à Mopti, puis s’en est suivi des tirs nourris d’assaillants embusqués. L’on dénombre cinq morts et un blessé.

Des gendarmes pulvérisés par un engin explosif à Mopti

Que d’insécurité dans le nord et le centre du Mali. Les groupes terroristes qui ont mis ces régions du pays sous leur coupe ne cessent d’y semer terreur et désolation. Des gendarmes en patrouille dans la région de Mopti l’en ont pris à leurs dépens, ce mardi.

Il ressort des faits que des éléments de la gendarmerie de Dialloubé en provenance de Mopti pour leur base ont fait l’objet d’une attaque à l’engin explosif improvisé suivie de tirs nourris d’assaillants qui avaient tendu cette embuscade.

Cette attaque a fait plusieurs victimes, ainsi que le rapporte le général Sidi Alassane Touré, Gouverneur de Mopti : « Le bilan est de trois morts. » Avant de préciser : « La première victime est tombée sur-le-champ, le corps d’un jeune soldat porté disparu a été retrouvé le lendemain. Il y a eu un blessé. »

Ces gendarmes avaient escorté leurs frères d’armes en partance pour Bamako, la capitale malienne, pour y suivre une formation militaire.

Notons par ailleurs que deux militaires en patrouille à quelques encablures de la frontière avec le Burkina Faso ont également été tués par des assaillants non encore identifiés.

Face à ces attaques répétées, les Forces armées maliennes (FAMa) et les forces internationales (Barkhane, Minusma et la coalition du G5 Sahel) sont à pied d’œuvre pour trouver une solution durable à cette insécurité galopante, quand bien même certaines zones entières du pays échappent au contrôle des forces loyalistes et internationales.