Algérie : Abdelaziz Bouteflika quitte officiellement le pouvoir

Abdelaziz Bouteflika n'est plus le président de l'Algérie
Par Mael Espoir
Publié le 03 avril 2019 à 11:14 | mis à jour le 03 avril 2019 à 11:14

Le président Abdelaziz Bouteflika a officiellement quitté le pouvoir en Algérie. Cette information est officielle depuis a été officialisée par les autorités algériennes dans la soirée d'hier mardi 2 avril 2019.

Abdelaziz Bouteflika a finalement démissionné

« Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République », a informé dans la soirée de ce mardi, l’agence de presse officielle algérienne dénommée Algérie Presse Service (Aps).

Cette annonce intervient juste après la publication d’un communiqué de l’état-major de l’armée algérienne qui, rejetant le texte diffusé la veille par la présidence, dans lequel Abdelaziz Bouteflika s’engageait à quitter la présidence avant le 28 avril, a sommé l'homme fort algérien de ces 20 dernières années de quitter le pouvoir immédiatement.

Liesse de joie à Alger

Spontanément, des centaines de personnes sont massivement descendues dans les rues de la capitale algérienne ce mardi soir, pour célébrer le départ du président Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82ans, au pouvoir depuis vingt ans. "Il est venu par la grande porte, il sort par la fenêtre parce qu'il n'a pas su partir. L'Histoire retiendra que le peuple l'a chassé. Reste à chasser sa bande. a declaré à l'Afp une citoyenne alégrienne,

Depuis le mois de fevrier 2019, le président Abdelaziz Bouteflika a été confronté à une contestation inédite en vingt ans de pouvoir. Celle-ci a debuté dès l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle à venir dans son pays. Des dizaines de milliers de personnes ont pris part à ces manifestations organisées sponatanement dans plusieurs villes du pays et même à l'étranger. Ces manifestations ont fini par avoir raison d'un Bouteflika affaibli par le poids de l'âge et la maladie.

Interim assuré par Abdelkader Bensalah

Selon la Constitution , c’est le président du Conseil de la nation (la chambre haute du Parlement algérien), Abdelkader Bensalah, 77 ans, qui assurera l’intérim durant une période maximale de quatre-vingt-dix jours au cours desquelles une présidentielle doit être organisée.



Articles les plus lus