Afrique: RDC, la condamnation de Moïse Katumbi annulée

Moïse Katumbi déchargé
Par K. Richard Kouassi
Publié le 19 avril 2019 à 21:21 | mis à jour le 19 avril 2019 à 21:21

L'information est tombée ce vendredi 19 avril 2019 en fin d'après-midi. En République démocratique du Congo, la Cour de cassation a annulé la condamnation de l'opposant Moïse Katumbi. Il avait été condamné à trois ans de prison dans l'affaire dite de spoliation financière l'opposant à Alexandros Stoupis, un citoyen grec vivant en RDC.

Moïse Katumbi déchargé

" La Cour de cassation siégeant en matière de prise à partie (…) annule le jugement RP 7652 rendu le 21 juin 2016 par le tribunal de paix de Lubumbashi/Kamalondo ", annonce la décision de la Cour de cassation congolaise, après une audience publique tenue le mercredi 17 avril 2019. Désormais, Moïse Katumbi peut fouler le sol congolais sans craindre les représailles de la justice de son pays. Le bâtonnier Jean Joseph Mukendi, avocat du riche homme d'affaires congolais, a confirmé l'acquittement de son client.

Notons que le président de la plateforme " Ensemble pour le changement " ne devra pas payer les dommages et intérêts s'élevant à un million de dollars.

A la condamnation de Moïse Katumbi, le mercredi 22 juin 2016, par contumace, sa défense avait saisi la Cour de cassation afin d'obtenir l'annulation de la décision. " Nous avons saisi la Cour de cassation en 2018 pour obtenir l’annulation de cet arrêt. Nous avons estimé qu’il y avait un vice de forme : au moment où le tribunal de paix de Kamalondo a rendu sa décision, la défense de Moïse Katumbi avait déjà introduit une demande de changement de juridiction, parce que nous suspections les tribunaux de Lubumbashi de partialité. En prononçant sa condamnation, le tribunal est passé outre notre demande. C’est une atteinte aux droits de la défense ", confiait Joseph Mukendi à Jeune Afrique.

Il était reproché à Moïse Katumbi d'avoir fait usage de faux en écriture dans une affaire immobilière qui le liait à Alexandros Stoupis. Ce dernier a toujours refusé de lier l'affaire à une quelconque raison politique visant à nuire à Moïse Katumbi.

"Je n'ai jamais eu envie que ce dossier devienne une affaire politique, parce qu'il n'y a aucun rapport. Si parmi nos maisons, deux ont été vendues, l'une par le bâtonnier Muyambo qui est devenu député et ministre, ce n'est pas moi qui l'ai voulu. Et si l'autre a été vendue à l'autre (Katumbi), qui est devenu gouverneur du Katanga, une fois de plus, ce n'est pas moi qui ai cherché qu'il en soit ainsi. Et si le gouverneur a quitté la majorité pour l'opposition, ça n'a rien à voir avec moi. Tout ce que je cherche, c'est de récupérer les propriétés laissées en héritage à mes sœurs et à moi-même par nos parents en vue de nous permettre d'en jouir véritablement ", déclarait-il.



Articles les plus lus