Côte d'Ivoire: Serge Aurier a de réels soucis avec la famille de son defunt père

Serge Aurier a des problèmes avec la famille de son défunt père
Par Mael Espoir
Publié le 19 avril 2019 à 19:57 | mis à jour le 19 avril 2019 à 19:57

Après avoir perdu son père, l'international ivoirien Serge Aurier souhaiterait organiser des funérailles grandioses en l'honneur de Gbizié Léon à Abidjan. Mais le capitaine des Eléphants est confronté à une farouche resistance des parents de son géniteur qui exigent que le corps soit inhumé dans leur village à Gorogui.

Serge Aurier veut enterrer son père à Abidjan, les parents s'opposent

Décédé le 2 avril dernier, les obsèques de l'ex-footballeur ivoirien, Gbizié Léon, ainsi que son inhumation sont prévus dans les prochains jour dans le village de Gorogui, situé dans la région de Guessabo à l'Ouest de la Côte d'Ivoire, à en croire des sources proches de la famille éplorée. Cependant ces mêmes sources indiquent que Serge Aurier aurait décidé de prendre en charge les obsèques de son père, afin de lui offrir des funérailles dignes de son rang. Ce qui a donc suscité le courroux des membres de la famille de Feu Gbizié Léon et de son village.

« Serge Aurier doit savoir qu’il n’est pas au-dessus de la tradition. Nous souhaitons que l’enterrement de Gbizié Léon soit fait à Gorogui, son village, car il a été un cadre du village et de la région de Guessabo. Serge Aurier qui a toujours refusé de connaître ses origines et sa tradition, cela pour n’avoir jamais mis les pieds au village, refuse notre volonté. Il veut que son père soit enterré à Abidjan-Williamsville », a confié un proche du disparu, qui a ajouté :

« Les autorités du village de Gorogui ne sont pas opposées à la volonté du fils de Gbizié Léon. Mais, elles exigent que Serge Aurier paye le transport de tous les habitants de Gorogui pour la ville d’Abidjan afin qu’ils puissent accompagner leur père, frère, fils, parent et ami à sa dernière demeure. C’est seulement après confirmation que l’enterrement de Gbizié Léon va se faire à Abidjan. Sinon, nous allons l’enterrer à Gorogui, son village natal. »



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus