Burkina Faso : L' Église catholique reconnue juridiquement

Un accord signé entre le Vatican et le Burkina Faso

Un accord signé entre le Burkina Faso et le Vatican
Par K. Richard Kouassi
Publié le 12 juillet 2019 à 17:44 | mis à jour le 12 juillet 2019 à 17:45

Vendredi 12 juillet 2019, le Burkina Faso et le Saint-Siège ont procédé à la signature d'un accord qui a eu pour cadre la salle des traités du Palais apostolique du Vatican. À travers cet accord, les autorités burkinabè reconnaissent la personnalité juridique de l' Eglise catholique.

Le Burkina Faso et le Vatican en phase

Une signature d'accord portant sur le statut juridique de l' Église catholique entre le Burkina Faso et le Saint-Siège a eu lieu le vendredi 12 juillet dans la salle des traites du Palais apostolique du Vatican. Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire aux relations avec les Etats au Saint-Siège et Alpha Barry, ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la Coopération ont signé le document en français de "19 articles et d’un protocole additionnel, garantit à l’Église la possibilité de mener à bien sa mission au Burkina Faso", renseigne une note du Vatican.

Le communiqué précise que dorénavant, "la personnalité juridique publique de l’Église et de ses institutions est reconnue ". "Les deux parties, tout en préservant leur indépendance et leur autonomie, s’engagent à collaborer pour le bien-être moral, spirituel et matériel de la personne humaine et pour la promotion du bien commun", ajoute le communiqué.

Il faut noter que "les deux parties, tout en préservant leur indépendance et leur autonomie, s’engagent à collaborer pour le bien-être moral, spirituel et matériel de la personne humaine et pour la promotion du bien commun".

Le site officiel du Saint-Siège fait savoir que "l’accord entrera en vigueur lors de l’échange des instruments de ratification, dont la date n’est pas encore connue".

Outre les signataires, d'autres personnalités ont assisté à la cérémonie. Il s'agit de Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori et président de la Conférence des évêques du Burkina Faso et du Niger ; Mgr Robert Murphy, conseiller à la nonciature au secrétariat d’État, et Mgr Joseph Puthenpurayil, secrétaire à la nonciature au secrétariat d’État ; Kisito Ouédraogo, fonctionnaire au secrétariat d’État, et Barthélemy Keré, avocat et membre non-juriste de l’Église catholique à Burkina Faso. Au rang des personnalités venues du Burkina Faso, l'on comptait Robert Compaoré, ambassadeur du Burkina Faso près le Saint-Siège ; Der Boniface Kogda, conseiller technique du ministre ; Édouard Ouédraogo, conseiller de l’ambassade du Burkina Faso ; Lassina Bitié et Moussa Sawadogo, employés du ministère des Affaires étrangères.



Articles les plus lus