Filière cacao: La Banque mondiale fait trembler le régime Ouattara

Cacao, la Banque mondiale dresse un triste tableau

Rapport accablant de la Banque Mondiale sur le cacao
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 12 juillet 2019 à 18:00 | mis à jour le 12 juillet 2019 à 18:17

Le rapport établi par la Banque mondiale sur le cacao ivoirien n'est pas du tout reluisant pour les autorités ivoiriennes. Plusieurs membres du gouvernement ont cependant tenu à réagir à ce rapport quelque peu accablant.

Cacao, la Banque mondiale dresse un triste tableau

Jeudi 11 juillet, à l’auditorium de la Primature au Plateau, Jacques Morisset, économiste en chef et coordonnateur des programmes de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire, a dressé le rapport intitulé « Au pays du cacao : comment transformer la Côte d’Ivoire ». Dans ce rapport, l’émissaire de l’Institution de Bretton Woods indique qu’il y a une véritable dichotomie entre le poids économique que constitue l’industrie cacaoyère et la misère dans laquelle croupissent les paysans qui produisent la fève brune (moins de 757 FCFA / jour).

Le rapport ajoute par ailleurs que le cacao est considéré abusivement comme le moteur de l’économie ivoirienne, car il ne joue pleinement pas ce rôle. De même, la destruction outrancière de la forêt pour la cacaoculture n’augure pas d’un lendemain meilleur pour le couvert forestier ivoirien.

Les autorités ivoiriennes se sont cependant levées contre ce rapport qui « ne correspond pas à la réalité » de la filière. Pour Moussa Sanogo, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargé du Portefeuille de l’Etat, il y a « une possible confusion » concernant la formulation de la BM et portant sur la faiblesse des recettes fiscales.

Et Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, de renchérir : « Le diagnostic ne met pas suffisamment en évidence les performances du secteur agricole des sept dernières années. » Pour Adama Koné, ministre de l’Économie et des Finances « l’un des défis majeurs de la filière cacao est la transformation locale. »


Premier producteur mondial de cacao, la Côte d'Ivoire est régulièrement éclaboussée par des scandales liés à cette culture de rente. Le pays avait d'ailleurs évité de justesse un embargo américain à cause du travail des enfants dans les champs de cacao.