21e Sommet de l' UEMOA : Ouattara satisfait des progrès de l'union

Le 21e Sommet ordinaire de l' UEMOA (Union monétaire et économique ouest-africaine) s'est ouvert le vendredi 12 juillet à Abidjan
Par K. Richard Kouassi
Publié le 12 juillet 2019 à 19:25 | mis à jour le 12 juillet 2019 à 19:25

Le 21e Sommet ordinaire de l' UEMOA (Union monétaire et économique ouest-africaine) s'est ouvert le vendredi 12 juillet à Abidjan. Président en exercice de l'institution, Alassane Ouattara a présidé la cérémonie d'ouverture dudit sommet.

Alassane Ouattara satisfait des progrès de l' UEMOA

Devant ses pairs, à l'occasion de l'ouverture du 21e Sommet de l' UEMOA, Alassane Ouattara s'est réjoui des progrès réalisés par l'Union au plan politique, notamment avec le bon déroulement des processus électoraux dans plusieurs pays de l'espace, mais également dans le domaine économique, comme le montre la forte croissance économique enregistrée.

Pour le président ivoirien, il apparaît nécessaire de relever le défi sécuritaire au sein de la zone UEMOA. Alassane Ouattara préconise l'accroissement de la coopération entre Etats sur le plan sécuritaire et demande aux chefs d' Etat de mutualiser leurs moyens de défense dans l'objectif d'aboutir à la mise en place d'un espace d'intégration.

"J’invite nos Etats à œuvrer aux critères de convergence retenus au titre de la surveillance multilatérale. Un accent particulier devrait être mis sur la mobilisation des ressources intérieures nécessaires à l’accroissement des dépenses prioritaires", s'est exprimé le président ivoirien.

Ce conclave des chefs d' Etat de l' UEMOA à Abidjan portera sur trois sujets majeurs. D'abord, ils examineront l'état de mise en œuvre des grands chantiers de l'union. Par ailleurs, ils dresseront le bilan à mi-parcours de l'application de la feuille de route 2017-2021 avant de jeter un regard sur le, rapport général de la revue annuelle des politiques et projets communautaires, mais également les réformes.


L' UEMOA a vu le jour le 10 janvier 1994. L'union est composée de huit pays membre, notamment le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. L'institution sous-régionale se donne pour mission de mettre en place un espace économique intégré et harmonisé.