Soro Guillaume inflige une humiliation à Daniel Kablan Duncan

Soro Guillaume à Kablan Duncan « C'est une honte »

Affaire
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 30 décembre 2019 à 12:35 | mis à jour le 30 décembre 2019 à 12:47

Emmanuel Macron a soufflé sa 42e bougie à Abidjan en compagnie d'officiels Ivoiriens, dont le Vice-président ivoirien. Pour Soro Guillaume, c'est une humiliation que Daniel Kablan Duncan, un septuagénaire, chante le « Joyeux anniversaire » devant un quadragénaire.

Soro Guillaume à Kablan Duncan « C'est une honte »

Le symbole était trop fort pour qu'il soit passé sous silence. Emmanuel Macron a en effet choisi la date de son anniversaire (21 décembre) pour se rendre en Côte d'Ivoire lors d'une visite d'amitié et de travail du 20 au 22 décembre derniers. Les autorités ivoiriennes qui avaient décidé de rendre un bel hommage au président français à Abidjan ont alors mis les bouchées doubles pour rendre ce séjour des plus mémorables et des plus féériques.

C'est ainsi que de hautes personnalités ivoiriennes s'y sont mises pour célébrer l'anniversaire du Président Macron. La tâche est par ailleurs revenue au Vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, d'entonner la chanson « Joyeux anniversaire » en l'honneur de l'illustre hôte. La chanson a été reprise en choeur par toute l'assistance.

Cependant, pour Soro Guillaume, c'est une véritable humiliation pour numéro 2 ivoirien de chanter ainsi pour le Président Macron compte tenu de l'écart d'âge qui les sépare. Interrogé par le JDD, l'ancien Président de l'Assemblée nationale ivoirienne a déclaré : « Avez-vous vu ces images ridicules où le Vice-président de la Côte d'Ivoire , un homme de 76 ans lui chante Joyeux anniversaire ? » a-t-il interrogé, avant d'ajouter : « C'est une honte. »

Notons que Guillaume Soro, candidat déclaré à la Présidentielle de 2020 en Côte d'Ivoire, a maille à partir avec le régime d'Alassane Ouattara. Après son retour manqué au pays après plus de six mois d'absence, le Président de Générations et peuples solidaires (GPS) est visé par un mandat d'arrêt international pour « tentative de déstabilisation » et « détournement de deniers publics » . Il s'est actuellement exilé à Paris en France.