Fustigés par le régime, les évêques reçoivent un important soutien

les évêques reçoivent un important soutien
Par David Yala
Publié le 23 janvier 2020 à 15:51 | mis à jour le 23 janvier 2020 à 16:00

Alors que les évêques de Côte d’Ivoire plaident pour un climat socio-politique apaisé à l’orée des élections présidentielles d’octobre 2020, en proposant des solutions adéquates, responsables et objectives, le parti au pouvoir (RHDP), lui, a pris pour cible ces hommes de Dieu. A travers des déclarations tonitruantes, des responsables dont l’ancien ministre Joël N'guessan a cru bon de rappeler au ‘’silence’’ les prélats. Sortie bien curieuse à laquelle Mamadou Traoré, un proche de Guillaume Soro, apporte ci-dessous, une réplique à la hauteur des sautes d’humeur des responsables du RHDP.

"Qu'ont dit de mal les évêques sinon que de peindre le tableau sombre de la vie politique en Côte d'Ivoire ?
"

Lorsque dans deux de mes posts j'ai demandé aux guides religieux et traditionnels d'intervenir pour apaiser la crise politique qui est en train de pourrir l'atmosphère en Côte d'Ivoire, j'avais naïvement cru que tout le monde avait foi en Dieu et que tout le monde accordait de l'importance aux propos de nos guides religieux.

Mais vu l'escalade auquel j'assiste dans le camp du RDR-RHDP suite à la dernière intervention des évêques de Cote d'Ivoire sur la vie de la nation, je commence sérieusement à désespérer de nos concitoyens et de certains de nos gouvernants. Si les attaques contre les évêques ne se limitaient qu'aux cyber activistes du RDR-RHDP, je ne m'en serai point offusqué. 
Mais quand ces attaques à fleurets mouchetés viennent de certains membres du gouvernement et du parti au pouvoir, il y a de quoi désespérer.

Qu'ont dit de mal les évêques sinon que de peindre le tableau sombre de la vie politique en Côte d'Ivoire ?
 Qu'ont-ils dit de mal sinon que de demander au gouvernement et au Chef de l'Etat de faire preuve de miséricorde ? 
Qu'ont-ils dit de mal sinon que d'appeler à des élections présidentielles transparentes et ouvertes ?
 N'est ce pas ce que le RDR avait toujours réclamé lorsqu'il était dans l'opposition ?

Qu'auraient dû faire les évêques ? 
Se taire comme les imams et demander comme eux aux Ivoiriens de jeûner pour la paix en Côte d'Ivoire ?
 Applaudir les actions du pouvoir en faveur de ses opposants ?
 Le RDR peut-il affirmer que la proposition des imams est la meilleure proposition de sortie de crise ? Je rappelle que beaucoup d'ivoiriens n'ont pas apprécié également cette sortie des imams qu'ils assimilent à de la lâcheté.
 Les mots ne sont pas de moi.

Je pense pour ma part que la sortie des évêques est une proposition de sortie de crise même si elle n'agrée pas nos gouvernants.
 De grâce, que le RDR-RHDP ne commette pas les mêmes erreurs que nos gouvernants passés. 
Qu'il ne fasse pas la sourde oreille face aux lamentations des évêques et de l'église catholique à qui leurs militants reprochent certaines actions qu'ils auraient posées en faveur de Laurent Gbagbo par exemple.

Certains membres de ce parti auraient voulu que les évêques prennent à leur compte les accusations qu'ils portent contre Guillaume Soro et ses lieutenants en prison. 
Dois je leur rappeler que tant qu'un procès n'est pas engagé et qu'il ne donne pas ses conclusions, Guillaume Soro et ses lieutenants incarcérés accusés d'atteinte à la sûreté de l'Etat sont présumés innocents?
 La présomption de culpabilité n'existe pas selon les juristes.


"Qu'on ne refuse pas aux évêques de donner de la voix"

Demander donc aux prélats de se prononcer sur une telle affaire ou même de prendre position c'est leur demander de s'engager dans le conflit en faveur de l'un contre l'autre.
Ce qui n'est pas leur rôle. Leur rôle, c'est plutôt ce qu'ils ont fait.
 C'est à dire appuyer sur la sonnette d'alarme et faire des propositions en vue de faire baisser la température.
 Que les imams de taisent, s'ils le veulent, face à cette situation.
 C'est leur droit. Chacun utilise la méthode qui lui sied.


Mais qu'on ne refuse pas aux évêques de donner de la voix.
 Je suis convaincu que si les évêques avaient entonné la même chanson que le pouvoir en ce qui concerne Guillaume Soro et ses compagnons d'infortune, ils auraient eu de la part des militants et cadres du RDR-RHDP un traitement différent.
Ils auraient été considérés comme des vrais hommes de Dieu et des gens crédibles.



On les aurait dépeint avec tous les meilleurs qualificatifs du monde. J'avoue que pour moi, le silence des guides religieux face à la cristallisation de la vie politique actuellement n'est pas la meilleure posture. 
Peut-être que les imams ont peur de subir le même sort que l'imam Aguib Touré!
 Lui qui a fait la prison après osé dénoncer certaines pratiques relatives à la gestion du pèlerinage à la Mecque.


Si c'est le cas, je dirai que nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge. 
Que Dieu fasse en sorte que je me trompe de jugement concernant leur silence bruyant à côté de la sortie bruyante des évêques. Demander dans une telle atmosphère de peur généralisée aux chefs traditionnels qui reçoivent un petit salaire par mois de faire une déclaration pour demander au pouvoir de mettre de l'eau dans son vin, c’est leur demander l'impossible.


Que Dieu nous garde et qu'Il apaise le cœur de nos gouvernants. Je félicite une fois de plus l'église catholique pour son initiative de marche de la paix, validée par le Vatican, prévue pour le mois de Février. Elle a tous mes encouragements. J'espère que cette marche ne sera pas interdite par nos gouvernants et qu'ils n'y verront pas une façon détournée de l'église de faire le travail de l'opposition comme cela se dit déjà par leurs cyber-activistes ! Que Dieu nous garde!

NB: Les titre, sous titres et chapeau sont de la rédaction.