Fâché à cause du Coronavirus, il écrit à Amadou Gon: "Ne jouez pas..."

Par David Yala
Publié le 25 mars 2020 à 08:30 | mis à jour le 25 mars 2020 à 08:30

Le nombre de personnes testées positives à la maladie à Coronavirus en Côte d'Ivoire, s'est considérablement accru ces derniers jours, après qu'un vol Air France a débarqué avec plusieurs dizaines de passagers qui ont échappé à la mesure de mise systématique en quarantaine recommandée par le gouvernement. Pour Jean Yves ESSO ESSIS, Inspecteur du PDCI-RDA, cette faille dans la lutte contre la propagation du Coronavirus ou COVID 19 est à mettre à l'actif du premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Dans la lettre ouverte ci-dessous adressée au chef du gouvernement, en date du 23 mars 2020, ce Citoyen Ivoirien s'explique.

"(Le Coronavirus), ce n'est pas un fait banal, Excellence Monsieur le Premier Ministre"

(...) Lors d'un échange que vous avez livré avec un internaute, le vendredi 20 mars 2020, sur le réseau social Twitter, vous avez écrit et je cite : « J’ai donné des instructions pour le confinement de certaines familles à leurs domiciles ».

Vous reconnaissez ainsi être le donneur d'ordre de la décision de confinement à domicile de certaines familles de privilégiés, arrivés par le vol Air France AF702 en Côte d’Ivoire en provenance de l’étranger, dans la nuit du mardi 17 mars 2020, en totale désobéissance à la première des 13 directives de sécurité sanitaires relatives à la lutte contre la propagation du coronavirus, par vous-même édictées.

Ce n'est pas un fait banal, Excellence Monsieur le Premier Ministre. Une mise en quarantaine obligatoire pour 14 jours dans un centre réquisitionné par l'Etat n'est pas un confinement à domicile !

Vous avez la vie de plus de 25 millions de personnes entre vos mains et la moindre de vos incompétences dans la manière de gérer cette crise sanitaire peut nous être malheureusement fatale.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Nous vous envoyons ce message seulement aujourd'hui car nous avouons que nous n'étions pas vraiment persuadés que cette dangereuse maladresse, cette bourde monumentale, venait vraiment de vous.

Malgré les explications alambiquées et étriquées de vos deux ministres Eugène AKA AOUELE et Anne OULOTO à l'INJS, vous désignant nommément comme responsable de cette instruction irresponsable, nous avons eu comme tant d'autres, quelques difficultés à y croire, tant vous nous aviez montré jusque là, votre professionnalisme dans votre mission de chef du gouvernement, sans complaisance.

Votre aveu en direct sur Twitter nous a quasiment jeté la plume dans la main, obligés que nous nous sommes sentis, de vous exprimer publiquement notre mécontentement et notre rage face à tant de légèreté.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Nous n'apprécions pas le fait que vous ayez mis en danger nos vies avec autant de désinvolture. Nous vous faisons cette Lettre Ouverte pour que cela ne se reproduise plus durant cette crise sanitaire.

C'est une bombe avec plus de 180 compartiments (les 180 passagers du vol AF702) que vous avez lâché dans la nature sans véritable contrôle. Le Covid-19 est un virus sournois et vicieux qui s'installe dans nos organismes sans faire de bruits et sans manifester sa présence en se multipliant allègrement.

Ainsi nous devenons, tous autant que nous sommes, une armée de porteurs sains, que nous venions de familles privilégiées ou pas, de familles riches ou pauvres, de familles connues ou inconnues, prêts à aller multiplier la famille du virus au sein de la population de manière invisible, silencieuse et diablement efficace.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Nous savons que vous lirez cette lettre Ouverte attentivement, à la recherche de la moindre faille qui puisse vous permettre de nous faire embarquer dans les geôles du pouvoir.


Soit. Nous sommes prêts à cette éventualité. Mais, de grâce, ne jouez pas avec la vie et la santé de vos concitoyens... Convaincu que vous prêterez une attention toute particulière à cette lettre et que vous en tirerez des conséquences positives, Nous vous prions de croire, Excellence Monsieur le Premier Ministre, en l'assurance de nos respectueuses salutations.

Jean Yves ESSO ESSIS

Inspecteur du PDCI-RDA

Citoyen Ivoirie