Mali: La libération de Soumaïla Cissé exigée depuis Abidjan

Mali: La libération de Soumaïla Cissé exigée depuis Abidjan
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 06 mai 2020 à 15:53 | mis à jour le 06 mai 2020 à 15:53

L'opposant malien Soumaïla Cissé a été enlevé le 25 mars dernier avec une douzaine de membres de sa délégation par des groupes terroristes exerçant dans la région de Tombouctou, alors qu'il était en pleine campagne pour les élections législatives.

Enlevé par des terroristes, la libération de Soumaïla Cissé exigée depuis la Côte d’Ivoire

Au cours d’un point de presse qu’il a animé, samedi 2 Mai 2020, dans la commune de Cocody, le Secrétaire général de l'association des amis du président Soumaïla Cissé (AASC), Franck Michael Koffi, a plaidé pour une mobilisation de la communauté africaine en faveur de la libération du chef de fil de l’opposition malienne enlevé depuis maintenant plus d’un mois.

Pour ce faire, Franck Mikaël Koffi a appelé le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, à une médiation pour la libération de ce leader malien. Kidnappé le mercredi 25 mars 2020, dans la région de Niafounké, près de Tombouctou, dans le Nord du Mali, l’honorable Soumaïla Cissé est toujours aux mains de ses ravisseurs pendant cette crise sanitaire du Covid-19.

Depuis Abidjan, l’AASC envoie donc un message fort à l’endroit des dirigeants de la CEDEAO, l’UEMOA et de l’Union Africaine, afin d’appuyer le gouvernement du Mali dans le but ultime d’œuvrer à la libération l’ancien président de la Commission de l’UEMOA.

Au cours de cette rencontre avec les journalistes, l’AASC a remercié tous les fils et filles du Mali et les dirigeants africains qui œuvrent déjà à la libération de ce grand leader d’avenir.

«Notre association a créé un compte Facebook dénommé ‘’Libérer le président Soumaïla Cissé’’ et multiplie des actions diplomatiques et de communication en vue de la libération de l’ancien président de la Commission, détenu depuis maintenant 42 jours », a soutenu Franck Mikaël Koffi.


Soumaïla Cissé croupit dans les geôles d'un groupe armé depuis le 25 mars dernier. Le Gouvernement malien et les organisations internationales sont toujours en pourparlers avec cette organisation terroriste pour la libération de l'ancien président de la commission de l'Uemoa.