Jean Bonin interroge Kandia Camara: "Êtes-vous nés pour n’être que des suiveurs ?"

Candidature de Ouattara : Jean Bonin (fpi) tourne en dérision les ''larmes'' de Kandia et du RHDPAlassane
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 24 juillet 2020 à 20:35 | mis à jour le 24 juillet 2020 à 20:35

Juriste et analyste politique proche de l'opposition, Jean Bonin a réagi à la vidéo devenue virale sur la toile, dans laquelle la ministre Kandia Camara supplie le président Alassane Ouattara d'accepter d'être le candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à l'élection présidentielle du 31 octobre 2020. Dans la publication ci-dessous, le vice-président en charge de la Communication du FPI pro-Affi N'guessan rappelle à la direction du RHDP que l’inéligibilité du Chef de l’État sortant n’est pas de l’ordre de l’affect ni de l’émotion mais est un fait constitutionnel.

3è mandat de Ouattara: Jean Bonin tourne en dérision les ''larmes'' de Kandia Camara

Je viens de visionner un élément vidéo dans lequel vous suppliez M. Ouattara de ne pas vous abandonner à votre (triste) sort. J’en ai presque les larmes aux yeux. Je comprends votre désarroi et votre peine, surtout que nous ne sommes qu’à un mois de la date limite du dépôt des candidatures et que vous n’avez pas encore un candidat. Cette situation inédite est certes angoissante mais elle ne devrait pas être dirimante pour un grand parti politique comme le vôtre.

Vous avez affirmé, urbi et orbi, que de tous les partis politiques ivoiriens le RDR était le plus fort, le plus grand, le plus gros, le plus large. Qu’il était celui qui compte le plus de cadres, de maires, de députés, de présidents de Conseil régionaux et de sénateurs ? Bref, le parti ultra, méga, giga majoritaire du marigot politique ivoirien.

Vous comprenez donc ma surprise lorsque je constate qu’avec tous ces superlatifs vous en êtes réduits à implorer que M. Ouattara se déculotte en reniant, sans vergogne, sa parole d’hier, juste pour garantir votre pitance quotidienne ?

En réalité, c’est de cela qu’il s’agit. Le départ de Ouattara ouvre dans votre clan, repu, une période d’incertitude qui pourrait fermer le robinet intarissable de l’abondance alimentaire mais aussi de la suffisance et de l’arrogance politique.

Si cela peut vous rassurer, sachez que le PDCI a lui aussi connu en décembre 1999 cette situation des lendemains incertains, suite au coup de force militaire qui a renversé le Pdt Bedié du pouvoir. Il en a été de même pour le FPI à la chute du Pdt Gbagbo et de son extradition à la CPI en 2011. Au PDCI, tout comme au FPI, dans la douleur et le malheur, ils sont restés dignes et stoïques. Loin du désolant spectacle de reptation que vous nous offrez en ce moment.

Mme la Secrétaire Générale du RDR,

Vous le savez mieux que moi, nul n’est irremplaçable, ni indispensable sur ce plancher des vaches. C’est une loi incompressible de la nature. Elle s’est imposée avant-hier au PDCI et hier au FPI. Elle s’imposera fatalement à vous aujourd’hui.

Dans votre supplique au Pdt Ouattara vous parlez de prétendues “réalités du moment” qui commanderaient et justifieraient qu’il revienne sur sa décision de ne pas briguer un troisième mandat. Mais, Mme Camara, ces réalités, qui sont vos réalités au RDR et non celle de la nation, n’ont absolument rien changé au bloc de constitutionnalité de notre pays qui s’oppose à un 3ᵉ mandat de M. Ouattara.

L’inéligibilité du Chef de l’Etat n’est pas de l’ordre de l’affect ni de l’émotion mais est un fait constitutionnel. Ce n’est pas moi qui le dit mais les juristes rédacteurs de la constitution de 2016, qui s’avèrent tous être les propres conseillers juridiques (Ouraga Obou et Cissé Bacongo) du Pdt Ouattara, y compris son actuel ministre de la Justice.

Quel signal politique notre pays, première puissance économique de l’UEMOA, enverrait-il à tous ces chefs d’État de la sous-région ouest africaine qui seraient tentés, eux aussi, d’enfreindre leur constitution pour briguer un autre mandat ? Que penseront tous ceux qui au lendemain de l’annonce par M. Ouattara de sa décision de ne pas briguer un mandat en raison de la transition générationnelle qu’il a souhaité l’ont chaudement applaudi et félicité.

Mme la ministre de l’Éducation nationale et SG du RDR,

Le RDR ne serait-il plus « le Rassemblement des Républicains (RDR) » ? Les républicains ne sont-ils plus rassemblés ou ne sont-ils rassemblés que lorsqu’ils sont derrière Ouattara ? Je n’ose le croire vu que tous vous étiez, apparemment, rassemblés et soudés autour de la candidature de feu Gon Coulibaly. Paix à son âme. Ne me dites surtout pas que vous faisiez contre mauvaise fortune bon cœur.


Mme Kandia, M. Bictogo et tous ceux qui implorent le retour de “Ado 3” ne lui rendent pas un fier service. Pourquoi ne croyez-vous pas en vous-mêmes ? Êtes-vous nés pour n’être que des suiveurs ?

Cher(e)s frères et sœurs du RDR, prenez votre courage à deux mains et assumez votre destin en choisissant en votre sein un candidat. Comme tous les autres partis politiques du pays, partez à l’assaut des électeurs et croyez en vos chances, d’autant que, comme le disait récemment le ministre Hamed Bakayoko, «2020 c’est bouclé et c’est géré ».

Ne nous faites pas croire, avec vos pathétiques lamentations d’aujourd’hui, que vos certitudes d’hier se seraient écroulées et envolées avec le décès du regretté Gon Coulibaly. Non, ne nous dites pas ça !

Soyez conquérants car vous avez un bilan « inattaquable ». Vous nous l’avez assez rabâché et ressassé. Il n’y a donc aucune raison objective de douter et de redouter que nos compatriotes ne choisiront pas celui qui défendra ce bilan, ne fut-il pas Ouattara. N’est-ce pas que l’État est une continuité !

NB: Les titre, chapeau et sous titre sont de la rédaction.




Articles les plus lus
01
02
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Apparition troublante d'un sosie de DJ Arafat à Cocody