Alassane Ouattara casse la baraque à Sinfra et lance des piques à Bédié

Alassane Ouattara arrive à Sinfra
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 24 septembre 2020 à 15:55 | mis à jour le 24 septembre 2020 à 16:31

Alassane Ouattara est à la première étape de sa visite d'État dans la région de la Marahoué. Dans le Département de Sinfra, le chef de l'État n'a pas lésiné sur les moyens et sur les promesses pour booster son développement.

Sinfra/Ouattara: «Qu'ils continuent leur désobéissance civile à Abidjan»

Enthousiaste, mobilisée et déterminée, c'est une population de Sinfra venue de toutes les localités environnantes, qui a pris d'assaut l'espace réservé à ce grand évènement. Pour la 31e et dernière visite d'État, au terme de son deuxième mandat, ce sont 12 millions cinq cent mille de francs CFA que le Président de la République a offerts aux corps constitués et autres entités de cette localité du centre-ouest ivoirien.

Saluant l'accueil chaleureux des populations et la formidable mobilisation des chefs traditionnels de Sinfra, Alassane Ouattara n'a pas manqué de féliciter le brassage culturel et la coexistence pacifique observée dans ce paisible département. Revenant sur son parcours politique, le chef de l'État a déclaré : « Quand je suis revenu du FMI, étant né à Dimbokro, j'ai envoyé mon frère Sinaly Ouattara aller chercher mon certificat de nationalité. Il est tombé sur Zoro Bi Ballo Epiphane... Regardant les documents, il m'a donné mon certificat de nationalité. Mais qu'est ce qu'il n'a pas vécu ? »

Fustigeant l'attitude des « donneurs de leçon aujourd'hui », l'illustre visiteur fait remarquer que "s'il avait été candidat en 2000, il aurait été président depuis 2000 ». « Ces donneurs de leçon, 20 ans après, ils recommencent leur bêtise. » « Bravo, Épiphane !», il est promu à un bel avenir. Le Président Ouattara indique donc avoir attendu le temps qu'il fallait pour se présenter aux élections. Attitude qu'il recommande fortement à ses adversaires, car, conseille-t-il : « Même si les institutions de la République ont tort, il faut quand même les respecter et attendre. » Avant de lancer à leur égard : « Qu'ils continuent leur désobéissance civile à Abidjan, nous, on travaille ici. »

La mise sous tension de certaines localités et l'extension du réseau électrique, l'adduction en eau potable par la construction de 8 châteaux d'eau alimentés à partir du fleuve Bandaman, l'hydraulique villageoise, la construction d'écoles ainsi que le reprofilage des routes sont autant d'actions de développement que le Président Ouattara a déjà entamé, et entend poursuivre dans la localité de Sinfra.


« Je sais que beaucoup restent à faire », note-t-il cependant. Puis, l'annonce du « bitumage de l'axe Sinfra - Bouaflé » a fini par arracher des ovations nourries des populations qui n'attendaient que cette promesse afin de mettre fin à son calvaire pour rallier Bouaflé, leur Chef-lieu de région.




Articles les plus lus