Présidentielle 2020 : Ouattara renouvelle son « pacte » avec des Rois

Alassane Ouattara s'offre le soutien des Rois et Chefs traditionnels
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 23 octobre 2020 à 00:25 | mis à jour le 23 octobre 2020 à 09:26

À moins de dix jours de l'élection présidentielle de 2020, Alassane Ouattara est à fond dans sa campagne avec son projet « Une Côte d’Ivoire solidaire ». En présence des Rois et Chefs traditionnels, me président ivoirien a renouvelé ses engagements envers eux.

Alassane Ouattara s'offre le soutien des Rois et Chefs traditionnels

Candidat à sa propre succession pour un mandat supplémentaire au scrutin présidentiel du 31 octobre prochain, Alassane Ouattara parcourt la Côte d'Ivoire d'Est en Ouest, du Nord au Sud en passant par le Centre afin de dérouler son programme de Gouvernement et expliquer son projet de société à ses compatriotes. Dans cette dynamique de séduction de l'électorat ivoirien, le chef de l'État peut compter sur les têtes couronnées et autres dignitaires traditionnels pour qui il a institué une Chambre qui leur est spécialement dédiée.

Aussi, lors de la présentation de son projet 2021-2025 pour son pays, le candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir) s'est-il félicité de la présence de certains Rois et Chefs traditionnels à ses côtés. Dans un tweet publié sur son compte officiel, ce jeudi, le Président Ouattara s'est ainsi exprimé : « Ma profonde gratitude à Sa Majesté Nanan Boa Kouassi III, aux Rois et Chefs traditionnels de l’Indénié-Djuablin, du Moronou et du Sanwi pour le renouvellement de notre pacte de confiance, à l’occasion de la présentation de mon projet "Une Côte d’Ivoire solidaire". #AdoCIV2020. »


À noter cependant que l'opposition ivoirienne s'oppose farouchement à la tenue de cette élection à la date constitutionnelle. Tout en demandant un report, ces opposants appellent également au retrait d'Alassane Ouattara à cause de son "3e mandat anticonstitutionnel". Aussi, le mot d'ordre de désobéissance civile et de boycott actif est opérant dans de nombreuses localités ivoiriennes, dont la ville de Dabou, où les violences ont déjà fait de nombreux morts, des blessés et d'importants dégâts matériels. LA CEDEAO tente de trouver, tant bien que mal, des voies de sortie de crise avec les acteurs politiques ivoiriens.




Articles les plus lus